Remonter

Louis Filion

Canadien et Acadien  -  1710-1764  -  St-Joachim - St-Pierre-et-Miquelon

(En construction)

On a souvent attribué à Louis Filion né en 1737 des activités qui relève d'au autre Louis Filion. Pour ce premier Louis Filion on a une naissance à Québec de Louis Filion le 2 oct 1737, baptisé le  3 oct 1737. Fils de Joseph Filion et Suzanne Lecours. En 1744; recensement de Québec de 1744, Louis Filion a 7 ans.

Cependant, il y a un Louis Filion marié et installé en Acadie en 1754. Celui-ci né en 1737 aurait à peine 17 ans, ce qui me paraît beaucoup trop jeune.

 

Vers 1710

Louis Filion fils de Jean Filion et Françoise Senard

Il y un autre Louis Filion moins connu car il n'est pas inscrit dans Jetté ni le "sujet" d'aucun acte dans le PRDH.

Selon Jetté (page 420) il n'y a pas de Louis Filion né avant 1730. Cependant, il y a un Louis Filion qui est parrain de 5 enfants à St-Joachim entre 1732 et 1744. Dans tous les cas il s'agit de descendants de Jean Filion et Françoise Senard. En 1742 à Petite-Rivière-St-François, Louis Filion est témoin au mariage de Paul Simard et Louise Gagné. On indique qu'il est l'oncle de l'épouse, Louise Gagné, qui est la fille de Geneviève Filion, fille de Jean Filion et Françoise Senard.

Ceci me permet de conclure que Louis Filion est le fils de Jean Filion et Françoise Senard. Il est à noter que pour ce couple marié à Québec en 1695 on ne retrouve que deux baptêmes (Québec et Beaupré) pour leur huit enfants dans Jetté (page 420), les autres étant connus soit par un acte de sépulture ou de mariage. Cette famille était établi à St-Joachim où les registres  sont manquant entre le 29 janvier 1689 et le 3 mai 1725. Autre élément majeur, en 1736 à St-Joachim, Louis Filion est le parrain de Pierre Bolduc à qui il vendra la terre de la Petite Cadie en 1758.

Conclusion: Je crois que c'est le Louis Filion, né vers 1710 (considérant qu'il est parrain en 1732), fils de Jean Filion et Françoise Senard, qui a été s'établir en Acadie, puis revenu s'installer dans la Petite Cadie et mourir à St-Pierre-et-Miquelon.

 

1732, 1733, 1736, 1737, 1742, 1744

Données du PRDH

Baptêmes

Lieu

Enfant

Père

Mère

Marraine

Parrain

1732-08-27

St-Joachim

Marguerite Malbeuf

Joseph Malbeuf Beausoleil

Marie Madeleine Gagne

Marguerite Bolduc

Louis Fillion

1733-09-11

St-Joachim

Louis Fillion

Jean Fillion

Marie Anne Bolduc

Reine Bolduc

Louis Fillion

1736-02-09

St-Joachim

Pierre Bolduc

Jean Bolduc

Marie Anne Filion

Marie Anne Racine

Louis Filion

1737-05-03

St-Joachim

Marie Louise Toussaint

Jean Toussaint

Suzanne Mimau

Marie Alaire

Louis Filion

1744-11-15

St-Joachim

Marie Monique Philion

Paul Philion

Marie Josephe Tremblay

Marie Therese Chabot

Louis Philion

Mariage

Lieu

Époux

Épouse

Père Épouse

Mère Épouse

Oncle de l'Épouse

1742-11-06

Petite-Rivière-St-François

Paul Symard

Louise Gangne

Francois Gangne

Genevieve Filion

Louis Filion

 

 

1740

04 04 1740 (1726-1748) [Jacob, J.] (Qc)
Vente de droits successifs mobiliers et immobiliers; par Louis Filion, de Beaupré, à Paul Filion de la paroisse de St Joachim, son frère.

Source: Archives Nationale du Québec à Québec - Parchemin.

 

1742

16 04 1742 (1737-1778) [Simonnet, F.] (Mtl)
Engagement en qualité de domestique de Louis Filion, de la ville de Montreal, à Auguste Guillet de Chaumont, écrivain du Roi et notaire royal de la juridiction royale de Montréal, demeurant en la ville de Montreal, rue St Paul.

Source: Archives Nationale du Québec à Québec - Parchemin.

 

1745

24 02 1745 (1730-1749) [Huot, P.] (Qc)
Partage de biens immobiliers entre Jean Filion, Antoine Filion, Marianne Filion , Paul Filion, Marie-Josèphe Filion et Michel Lavoyes, son époux, Françoise Filion (mineure), Geneviève Filion et François Gagnay, son époux, Louis Filion et Louise Filion (majeure).

Source: Archives Nationale du Québec à Québec - Parchemin.

 

1749

12 07 1749 (1728-1761) [Barolet, C.] (Qc)
Engagement de Louis Filion, de la seigneurie de Beaupré, à Joseph Cadet, boucher du Roi, de la ville de Québec.

Source: Archives Nationale du Québec à Québec - Parchemin.

 

1750

15 04 1750 (1737-1772) [Lavoie, M.] (Qc)
Concession de terre située en la seigneurie de la Rivière du Gouffre de la Baie St Paul; par Noël Simard, seigneur de la Rivière-du-Gouffre de la Baie-St-Paul, à Louis Filion de St Joachin.

Source: Archives Nationale du Québec à Québec - Parchemin.

 

 

1754 Rivière St-Jean en Acadie

6 octobre 1754, Louis Filion et son épouse Angélique D'amours de Chauffours reçoivent une terre sur la rivière St-Jean en Acadie par le missionnaire jésuite Charles Germain. Plusieurs colons de la rivière Saint-Jean sont recrutés au Québec probablement par le Jésuite Germain et le commandant militaire sur la Rivière-Saint-Jean le capitaine Charles Deschamps de Boishébert.

Rivière Saint-Jean en Acadie.

 

 

1757

17 03 1757 (1751-1782) [Crespin, A.] (Qc) Observation: Acte sans date.
Dépôt d'un billet de concession d'une terre; par Louis Filion et Angélique Duchauffour, son épouse, à Germain.

Source: Archives Nationale du Québec à Québec - Parchemin.

1757 Confirmation de propriété sur la terre de Rivière St-Jean en Acadie

17 mars 1757.

 

Quittance de Jean ??????
marianne
?? ??????????? payéau
genevieve ????? du 20
avril 1756

Billet de concession du
Révérend père germain Jesuite
a Louis Filion du 6 8bre
1754

déposé en l'Étude de
Crespin notaire ce 10
et 17 mars 1757
Le premier document en haut de cette page ne concerne pas Louis Fillion.

 

Concession d'une terre par un missionnaire le 6 octobre 1754 et enregistrée chez le notaire Crespin le 17 mars 1757.

   
je sousigné missionnaire ?? accorde au nom
mé Louis Filion et angelique Duchauffour [5] sa femme une
habitation plus bas que celle disidore Duchauffour [6]
de deux arpent de front et la profondeur ??????
elle se trouve nous luy accordons a prendre du
????? dans le lac de jeamseg?? et pour le reste de
leur habitation une terre situé de l'autre bord
ou est actuellement leur maison y commencant
et descendant la Ru [1] St-jean de ce coté la près?
??? a la prendre? vis a vis de la ????? de L'ile aux rats mus
qué [4] et tout ??? a ????? etc
Titre du registre des concession pour
copie le 6 8bre 1754 [3]
Germain [2]

[5] Probablement de la famille D'amours de Chauffours présente en Acadie. Il y a des Chauffour aussi au Québec. En Acadie surtout des D'amours de Chauffours. Les D'amours de Chauffours sont de la même famille que les D'amours de Louvières. Soulignons le mariage de Louis D'amours de Chauffours avec Ursuline D'Abbadie de Saint-Castin vers 1715 en Acadie. Possiblement parents de Angélique D'amours de Chauffours? Il y a au moins deux seigneuries appartenant à la famille D'Amours sur la rivière Saint-Jean.

 

[6] Isidore D'amours de Chauffours n'est pas identifié, possiblement le frère de Angélique.

 

[1] Rivière St-Jean

 

[4] L'ile aux Rats Musqués dans la rivière St-Jean (voir la carte ci-bas). Le jésuite Germain est établi dans la communauté Malécite de Aukpaque (aujourd'hui Springhill) à 6 Km à l'ouest de Fredericton.

 

[3] 6 octobre 1754

 

[2] Le signataire "Germain" est Charles Germain, Jésuite Il signe normalement seulement Germain.

On lui consacre un bon article dans le Dictionnaire biographique du Canada.

En résumé: Dès 1740, il succède à Jean-Pierre Daniélou auprès des Malécites de la rivière Saint-Jean où il restera jusqu’à la veille du traité de Paris. Germain s’y distingue principalement par le rôle central qu’il joue entre le gouvernement de la Nouvelle-France et la tribu qu’il dirige. Aumônier de garnison au fort Menagouèche (Saint-Jean, Nouveau-Brunswick), recenseur des effectifs indiens de la région qu’il dessert. aumônier militaire, agent de liaison, informateur, on le retrouve tout au long des multiples événements qui marquèrent, en Acadie, la guerre de la Succession d’Autriche et la guerre de Sept Ans. Le maintien de Germain à Aukpaque, lieu de sa principale résidence (à sept milles environ de l’actuelle Fredericton), tant sa présence y était jugée indispensable à la politique française. À partir de 1755, après la prise du fort Beauséjour (près de Sackville. Nouveau-Brunswick) par Robert Monckton et la déportation des Acadiens, Germain tente. avec Charles Deschamps de Boishébert, de consolider les débris de la résistance acadienne. Mais sa situation est de plus en plus difficile à mesure que la position française se gâte. On sait qu’il se rend à Québec avec ses Indiens, durant la campagne de 1759. À partir de 1760, il est le seul missionnaire. en Acadie. à espérer encore en une victoire française. Mais en 1761. résigné à la défaite. il offre ses services au gouvernement de Halifax pour la pacification des Indiens.

 

   

Le Billet de concession cy devant transcrit
a été deposé entre nos mains pour cette ??? au rang
de nos minutes par Louis Filion ??  ????????
duquel depot il a requis acte et a ?????
???? etant octroyé par le notaire Royal
soussigné fait au chateau Richer le dix sept sept
mars mil sept cent cinquante sept presence?
de ?? Jean Francois Lacroie [1] et Jacque
Ginier [2] Caporal et soldat du regiment
de la Reine ?????????? temoins qui ont
signé avec nous le dit notaire Le dit
Filion ayant declaré ne le ????????
????? Lecture faite Francois Lacroie [signature]
jaque génie [signature]
Crespin [signature]

 

[Dans la marge à la verticale]

?????????????????
17 mars 1757

 

 

[1] J'interprète qu'il s'agit de Jean-François Lacroix qui est le seul caporal dont le nom commence par "La" dans la liste des 7450 soldats des troupes de terre en Nouvelle-France de 1755-1760.

LACROIX, Jean-François. Caporal au régiment de Royal-Artillerie, compagnie non spécifiée en 1760. Il est né en France. Notes : Prisonnier des Anglais, il est laissé au pays parce qu'il est malade et hospitalisé au Fort-St-Frédéric le 15 octobre 1760. Il n'est cité dans aucune autre source. (9386). Page 419 - Combattre pour la France en Amérique

 

[2] GINIER (Genier, Guignard) dit Laviolette, Jacques-André. Soldat au régiment de La Reine, compagnie de Pascalis en 1755, engagé le 3 août 1751 comme soldat dans la compagnie de Pascalis. Il est né en 1736 à La Voulte-sur-Rhône, Ardèche, fils de Claude Ginier et Madeleine-Barbe Boulanger. Il épouse Josèphe Drapeau le 4 avril 1758 à Québec (Notre-Dame). Il décède au Canada après 1765. Notes : Il obtient un certificat de liberté au mariage le 20 mars 1758 à Québec. Caractéristiques physiques : 5 pieds et demi, les cheveux et sourcils châtains, les yeux gris, le visage taché de rousseur, le menton fourchu. (1740). Page 374 - Combattre pour la France en Amérique

Le Régiment de la Reine a établi ses quartiers d'hiver à Ste-Anne-de-Beaupré et Beauport. Ceci explique pourquoi les deux témoins sont de ce régiment. Page 77 - Combattre pour la France en Amérique.

Marcel Fournier, Combattre pour la France en Amérique - Les soldats de la guerre de Sept Ans en Nouvelle-France 1755-1760, Société généalogique canadienne-française, Montréal, 2009.

 

   
Les Originaux proviennent des Archives nationales du Québec à Québec.  

 

 

Ile aux Rats Musqués dans la rivière St-Jean, Nouveau-Brunswick

Carte localisant l'ile aux Rats Musqués.

Source : Page 129 dans original, 85 dans pdf, Glimpses of the past : history of the river St. John, A.D. 1604-1784,  William Odber Raymond, St. John, N.B. 1905.

Aujourd'hui c'est l'ile Upper Musquash au sud de Gagetown dans la rivière St-Jean. Voir sur une carte plus moderne.

Où on lit Chofour à l'ouest de l'ile aux Rats Musqués est probablement le lieu de la résidence de Isidore de Chauffours au sud duquel Louis Filion reçoit une terre par le père Germain..

En 1748 l'abbé Jean-Louis Le Loutre écrit qu'il y a entre 15 et 20 familles Acadiennes installées à la rivière St-Jean, les autres sont des Amérindiens Malécites. Avant le 5 novembre 1758, le père Germain et les guerriers Malécites sont à Québec.

 

 

1757

Aout 1757, Louis Filion obtient une terre dans la Petite Cadie dédié aux Acadiens. Terres dans la Côte-du-Sud.

 

 

1758

7 mars 1758, décès de l'épouse de Louis Filion, Marie de Saint-Castin à St-Charles de Bellechasse

Marie Saint-Castin - Sa Généalogie

Marie est née vers 1723, épouse de Louis Filion, décède le 7 mars 1758 à St-Charles de Bellechasse avec sépulture le 8 mars. Dans le registre on la nomme Marie Sincastin ce qui nous laisse à croire que son nom de famille est Saint-Castin.

35 ans. Présence de Jean Billodot, Joseph Casse, Pierre Chabot, L. Sarault curé.

? Est-ce que Marie Saint-Castin et Angélique de Chauffours sont la même personne. Ces deux noms de famille sont usuels à la Rivière-St-Jean.

 

 

Possiblement une descendante de Jean-Vincent d'Abbadie baron de Saint-Castin qui vint s'installé en Acadie, mais avec les Amérindiens à Pentagouët où il épousa successivement deux filles du chef Abénaquis. Un article dans Wikipédia souligne ses faits d'armes et on peut voir ici sa descendance sur 4 générations. Cependant dans le registre on n'indique pas qu'elle est Acadienne de naissance, pourtant à cette époque à St-Charles dans le registre on souligne l'origine des Acadiens dont, sépultures du 26 février, deux le 28 février, 18 mars 1758 etc. Alors c'est incertain qu'elle soit de la famille d'Abbadie de Saint-Castin. Aucun document généalogique, avant son décès, ne la mentionne. Cependant beaucoup de descendants de cette famille vivaient en marge des villages traditionnelles acadiens ce que pourrait expliquer ce manque de sources..

 

 

 

Source de la photo: Baron De St-Castin, peinture de 1881 par Will H Lowe, Wilson Museum Archives, via Wikipédia.

 

 

 

1758

29 04 1758 (1750-1776) [Saillant de Collégien, J.-A.] (Qc) Observation: Louis Filion est un réfugié de L'acadie.
Concession d'une terre située dans la seigneurie de Livaudiere, paroisse de Saint Charles; par Michel-Jean-Hugues Pean, écuyer, chevalier de l'Ordre royal et militaire de St-Louis, capitaine d'infanterie des troupes du détachement de la Marine, aide-major de la ville et gouvernement de Québec, seigneur et propriétaire de la terre et seigneurie de Livaudière, rivière Boyer, paroisse de St-Charles, demeurant en la ville de Québec, rue de Saint Louis, à Louis Filion, de la ville de Québec, rue du Saut aux Matelots.

 

30 04 1758 (1750-1776) [Saillant de Collégien, J.-A.] (Qc)
Vente d'une terre située dans la seigneurie de Livaudiere, paroisse de Saint Charles; par Louis Filion, forgeron, de la ville de Québec, rue du Saut aux Matelots, à Pierre Bolduc, habitant, de Saint Jouachim, à ce présent et acceptant acquéreur pour lui Jean Gagnon, de Saint Jouachim.

 

30 avril 1758 vente de la terre de Louis Filion à Pierre Bolduc dans Bellechasse

 

Dans le document, Les Acadiens dans Bellechasse de Pierre-Maurice Hébert, Cahier d’histoire No. 28, La Société historique de la Côte-du-Sud, La Pocatière, 1984 à la page 95 on peut lire:  
FILION. Louis Filion, époux de Marie Saint-Castin. Le 29
avril 1758, devant Saillant, N.P., M. de Péan, seigneur du
fief Livaudiére, concède à Louis Filion, ci-devant réfugié
de l'Acadie, de présent en cette ville (Québec) y demeurant
rue du Sault-aux-Matelots, une terre de 3 x 40 arpents, en
Livaudiére, 3e concession au sud-est de la rivière Boyer
connue sous le nom de "Première Cadie", joignant au S.O.
André Savoye; au N.E. Jacques Horn, "et en être en posses-
sion depuis environ huit mois". Le 7 mars 1758 son épouse
meurt et la sépulture eut lieu le 8 à Saint-Charles de la
rivière Boyer. Alors le 30 avril 1758, devant Saillant,
N.P., Louis Filion, forgeron de la rue Sault-aux-Matelots,
de Québec, vend sa terre de la "Première-Cadie" à Pierre
Bolduc.
Ma compréhension est que Louis Fillion a obtenu une terre en Livaudière en aout 1757. Cette acquisition est confirmé le 29 avril 1758 et il vend la terre le 30 avril 1758 à Pierre Bolduc. Cette terre est voisine de André Savoye et Jacques Horn.

La transaction a lieu à Château-Richer. Il y a beacoup de liens entre les Filion et les Bolduc de St-Joachim. Pierre Bolduc est possiblement un parent de Louis.

 

Le livre Des Cadiens aux Gervaisiens, 1979, indique qu'il s'agit de Pierre Bolduc fils de Germain de St-Joachim. Pierre Bolduc, fils de Jean Germain Bolduc et Marie Anne Fillion, est né et baptisé le 9 fév 1736 à St-Joachim et le parrain est Louis Filion.

   
   
   

 

 

Acadiens Allemands

De 1756 à 1759 est arrivée à Québec des immigrants arrivant d'Alsace via l'ile St-Jean (Ile du Prince-Édouard). On les a surnommés des Acadiens-Allemands car ils parlaient un dialecte allemand et ils sont arrivés en même temps que des Acadiens qui fuyaient la déportation (1755-1760). Voir en particulier mon étude sur Jacques Schink ou Jacob Schinker, Acadien Allemand arrivé en 1758.

 

Les voisins de Louis Filion

André Savoie fait partie des "Acadiens Allemands" et il baptise une fille à St-Charles née le 12 octobre 1757. Sa généalogie.
Jacques Horn fait également partie des "Acadiens Allemands" et en passant à Port-Lajoie à l'ile St-jean il épouse une Acadienne le 1 mars 1756 et son premier fils décède à St-Charles le 30 juillet 1757. En temps de guerre on ne perd pas notre temps! Sa généalogie.

Logiquement ce Louis Filion devrait être assimilé aux Acadiens pour lui-même ou possiblement à cause de son épouse qui serait d'origine Acadienne.

 

 

1759

Charles Deschamps de Boishébert participa, avec un corps de volontaires acadiens, à la défense de Québec à l’été de 1759, de même qu’à la bataille décisive des plaines d’Abraham. Louis Filion en fait probablement parti ce qui expliquerait sa présence à Rochefort en 1763.

 

 

1760-1761

Rapatriement des troupes françaises vers Rochefort après la capitulation de Montréal. (Robert Larin). Louis Filion est probablement dans ce nombre.

 


1762

Aucune mention d'un Louis Filion dans le recensement du gouvernement de Québec. Cependant dans le recensement de 1762 il n'y a pas les résidents de la ville de Québec et de l'ile d'Orléans..
 

1763

10 juillet 1763, enregistrement de Louis Filion, Canadiens enregistrés au dépôt de Saint-Jean-d’Angély (20Km à l'est de Rochefort), Charente-maritime, pour un départ vers la Guyane. Le 7 septembre 1763, ce Louis Filion quitte Saint-Jean-d’Angély.

Source: Robert Larin, Canadiens en Guyane, Éditions du Septentrion, 2006, Page 103

 

32- FILION, Louis. Né à Québec le 2 octobre 1737 (Joseph, tonnelier, et Marie Suzanne Lecour). Qualifié de laboureur, il s’est inscrit le 10 juillet 1763 à Saint-Jean-d’Angély pour émigrer à Cayenne. Le registre mentionne sa désertion le 7 septembre suivant, mais le Canadien François Régis Cadet (no 26), aussi porté déserteur à la même date, avait effectivement émigré en Guyane. Ce pourrait être le Louis Filion, de Québec, que l’on note parmi les passagers du Neptune partant de Rochefort pour la Martinique le 9 juin 1763.
Source: Robert Larin, Canadiens en Guyane, Éditions du Septentrion, 2006, Page 191

(Ici Robert Larin identifie ce Louis Filion au Louis Filion né en 1737, au lieu du Louis Filion né vers 1710.)

 

1764

Le Neptune part de La Rochelle pour St-Pierre-et-Miquelon en compagnie de la flute royale La Nourrice . Possiblement avec un programme pour poursuivre vers la Martinique et/ou la Guyanne. Le Neptune fait naufrage près des côtes de Terre-Neuve.
Louis Filion
est dit Acadien et décède dans ce naufrage. Sépulture le 22 avril 1764 à St-Pierre. Il a été noyé dans le naufrage du Neptune. On le dit Acadien car il est passager sur le Neptune, un navire ramenant des Acadiens de Rochefort vers l'Acadie en 1764 avec l'intention de le faire migrer vers la Guyanne. On dit bien cependant qu'il est de Québec, alors que les autres sont originaire de l'Acadie.

Registre de St-Pierre des Iles St-Pierre-et-Miquelon, 1764.

Enterrement de Louis Filion à St-Pierre avec 12 autres passagers du navire Neptune qui faisait la route de Rochefort vers St-Pierre-et-Miquelon. C'était essentiellement le retour d'Acadien vers l'Acadie ou la Guyanne. Ils n'ont pas tous péris. Funérailles du 22 avril 1764 pour Michel Martin, Alexandre Coste, Jacques Malfait, Michel Samson, Anne Testard, Fabien Samson, Louis Samson, Josette Samson, Louis Fillion, Judith Samson, Louis Martel, Magdeleine Martel, Cécile LaFargue. Voir plus d'information sur le Neptune.

 


Épouses ou Épouse de Louis Filion

Il est possible que Angélique D'amours de Chauffours soit la fille de Louis D'amours de Chauffours et d'Ursuline D'Abbadie de Saint-Castin. Et même que celle que j'identifie comme deuxième épouse, Marie D'Abbadie de Saint-Castin soit en réalité la même personne que Angélique D'amours de Chauffours. D'autres informations sont requises.

Généalogie de Louis Fillion

 

 

Sources

- Denyse Beaugrand-Champagne, La revue Mémoires de la Société généalogique canadienne-française, vol. 55, no. 1, cahier 239, printemps 2004, page 41-61.

- Les registres et répertoires paroissiaux de St-Charles et St-Gervais.

- Des Cadiens .....  aux Gervaisiens,  Imprimerie Le Guide. 1979

- Les Acadiens dans Bellechasse, Pierre-Maurice Hébert, La Société historique de la Côte-du-Sud, La Pocatière, 1984.

- Robert Larin, Canadiens en Guyane, Éditions du Septentrion, 2006,

 

 

 

Pages connexes

Côte-du-Sud

Rivière St-Jean

Le Neptune

 

 

 

 

 

 

 

Marcel Walter Landry - Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez moi un courriel.

Dernière modification : jeudi 22 septembre 2016