Accueil
Remonter

 

 

Étude sur l'origine des acadiens par rapport à La Chaussée

 

 

 

 

 

 

Registres de La Chaussée

Pour les premières années des registres de La Chaussée on a 1626-1632, 1635-1649 et 1650-1668 pour les baptêmes. 1639-1640 pour les mariages puis de 1668 pour les baptêmes et les mariages.

 

Baptêmes d'Acadiens à La Chaussée.


Deux Acadiens confirmés dans les Registres de La Chaussée sont les deux baptêmes des filles de Vincent Brun (sa généalogie) et Renée Breau.

25 janvier 1645 - Madeleine Brun (Brin selon CGP), fille de Vincent et Renée Breau (White p. 289)
21 août 1646 - Andrée Brun (Brin selon CGP), fille de Vincent et Renée Breau (White p. 289)

 

Baptême Andrée Brun - 21 août 1646

Archives départementales de la Vienne - Chaussée (La) _ Notre-Dame _ 1635-1649. Baptêmes - E DEPOT 69 GG 1 - Vue 57
Ce document ne peut être utilisé qu’à des fins strictement privées. Toute autre utilisation est subordonnée à l’autorisation écrite des Archives départementales de la Vienne

 

Baptême Madeleine Brun - 21 août 1646

 

Archives départementales de la Vienne - Chaussée (La) _ Notre-Dame _ 1635-1649. Baptêmes - E DEPOT 69 GG 1 - Vue 46
Ce document ne peut être utilisé qu’à des fins strictement privées. Toute autre utilisation est subordonnée à l’autorisation écrite des Archives départementales de la Vienne

 

 

Robert Larin

Larin, Robert. La contribution du Haut-Poitou au peuplement de la Nouvelle-France, Éditions d'Acadie, Moncton, NB, 1994. Pages 86-87
Robert Larin établit les ancêtres canadiens originaire de La Chaussée à sept personnes dont quatre de la famille Vincent Brun (Brin).

37 - Martin le Godelier, sieur du Bourg. Né vers 1590, il était écuyer et seigneur du Bourg, à La Chaussée, où il semble qu'il s'intéressait particulièrement à l'agriculture. Veuf vers 1637, il épouse Marie Mathieu en secondes noces, et participe financièrement à l'entreprise acadienne de Charles de Menou d'Aulnay (no 33) avec lequel il était apparenté. On suppose qu'il fit aussi du recrutement en Loudunais, mais, chose certaine, il partit lui-même pour l'Acadie avec son fils et un valet. Il y est décédé en septembre 1642, deux mois après son
arrivée. [3 enfants (19)]

38 - René le Godelier (fils du précédent et de Madeleine Sanglier). Il souffrait d'épilepsie et ne savait pas signer, contrairement aux autres membres de sa famille. Ayant accompagné son père en Acadie, il y est décédé après 1649. [Sans postérité]

39 - Jeanne Chebra (Antoine & Françoise Chaumont). Baptisée le 5 février 1627 à La Chaussée (20), on suppose que c'est la même que l'on retrouve à Port-Royal en 1671 (21). Elle avait épousé, vers 1648 en Acadie, Jean Poirier puis Antoine Gougeon, vers 1655. [2 + 1 enfants]

40 - Vincent Brun (...), «de la Grande-Chaussée». Il a immigré en Acadie avec sa famille, entre 1646 et 1650 (22). Qualifié de laboureur, il est recensé à Port-Royal en 1671. âgé alors de 60 ans, il possédait dix bêtes à cornes, quatre brebis et cinq arpents en valeur. [5 enfants]

41- Renée Braud ou Braude (...), épouse du précédent. Elle a immigré en Acadie dans les mêmes circonstances, et était âgée de 55 ans à Port-Royal en 1671. [5 enfants]

42 - Madeleine Brun (fille des précédents). Baptisée à La Chaussée le 25 janvier 1645, elle émigrera peu après avec ses parents en Acadie. Elle épouse, vers 1665 à Port-Royal, le maréchal Guillaume Trahan dont elle sera veuve vers 1682. Elle épousera ensuite Pierre Bézier vers 1684. [5 + 1 enfants]

43 - Andrée Brun (soeur de la précédente). Baptisée à La Chaussée le 21 août 1646, elle suit ses parents en Acadie où elle épousera Germain Terriau, à Port-Royal, vers 1668. Veuve vers 1676, elle épousera Emmanuel Hébert vers 1678. [3 + 6 enfants]

(19.) Tous les renseignements sur Martin le Godelier et son fils sont tirés de N. T. BUJOLD et M. CAILLEBEAU, Les origines françaises des familles acadiennes. Le sud loudunais, Poitiers, Imprimerie l'Union, 1979, p. 29 et suivantes.
(20.) G. MASSIGNON, Les parlers français d'Acadie, tome 1, Paris, C. Klincksieck, 1961, p. 37.
(21.) Le Recensement nominal de l'Acadie est reproduit dans B. SULTE, Histoire des Canadiens français, tome IV, Montréal, Wilson & Cie, 1882, p. 150-153.
(22.) G. MASSIGNON, op. cit., p. 36-37.

 

 

Autres noms acadiens mais sans correspondance établie avec leurs homonymes acadiens.

 

Selon des notes de recherche à la Maison de l'Acadie il y a;

Perrine Landry

    -Sur un acte de baptême du 2 janvier 1628 apparaît comme marraine une Perrine Landry.

Selon les données du Cercle généalogique poitevin, il s'agit du 7 janvier 1628, le baptême de Renée Mauger fille de Jean Mauger et Catherine Marthe? Prudhomme.

Selon l'acte des Archives départementales de la Vienne je lis

"...... le septieme jours de janvier .... baptize Renée? fille de Jehan Maugers et de Catherine Prudhomme ... ... Vincent Cailleau marraine ...? ....? et Perrine Landry
.... Vicaire de Lachaussee"

sur l'acte ci-bas:

 

 

René Landry

    -Sur un acte de baptême du 15 avril 1638 apparaît comme parrain René Landry. (Geneviève Massignon, Les parlers français d'Acadie, Page 45)
Selon le Cercle généalogique poitevin, il s'agit de Hilaire Giroire, né le 15 avril 1638 à La Chaussée, fils de François Giroire et Mathée Thibault.

Ci-bas l'acte des Archives départementales de la Vienne.

 

 

Jacques Jouffriault - Marie Landry
Dans
Massignon, Geneviève. Les parlers français d'Acadie., à la page 37 note (3), on indique pour La Chaussée, que Jacques Jouffriault est le parrain en 1646, avec Perrine Robichaux, de Charles, fils de Jean Robichaux et de Marie Landri. Jacques Joffriau est le même nom que l'époux de Perrine Landry, la soeur de René l'aîné Landry. Rien n'indique cependant qu'il s'agit du même Jacques.

 

 

 

Mariage de la fille de Martin Le Godelier qui lui a vécu en Acadie avec son fils

Cote E4/24-52 Archives départementales de la Vienne, Minutes Bourbeau - 1643.  (Analyse affichée à la Maison de l'Acadie à La Chaussée, IMG6358)


Contrat de mariage du 29 mai 1643, d'Anne Le Godelier, fille de Martin Le Godelier, seigneur du Bourg de La Chaussée (Vienne) avec Hilaire Follet, Juge Magistrat au Présidial de Poitiers.

On y apprend que :
-Martin Le Godelier était décédé à cette date (dont au cours de l'été 1642 selon le testament de Charles de Menou d'Aulnay, Gouverneur de l'Acadie qui indique que ce décès eut lieu 2 mois après son arrivée en cette contrée.
-que Martin Le Godelier était non seulement seigneur du Bourg La Chaussée, mais aussi du Cormier, paroisse de Chemillé en Maine et Loire et du Munet en Indre et Loire.
-qu'il était remarié depuis peu d'années (vers 1638 selon le registre paroissial de La Chaussée) et que sa fille Anne et son fils René étaient issus du premier mariage.
-qu'il était apparenté avec la famille de La Tremblai-Robin dont était issu Charles de Menou d'Aulnay.
-qu'il y a des parents absents au dit contrat (René Le Godelier, frère de l'épouse est en Acadie).
-que la dot de l'épouse comporte une somme de trois mille livres dues à la succession de Martin Le Godelier par Charles de Menou d'Aulnay, lieutenant pour le Roi en la Nouvelle-France selon un contrat passé entre eux le 9 mai 1642 à La Rochelle en l'étude de Me Juppin, notaire royal en cette ville.


 

Contrat entre la famille Le Godelier et Vincent Landry, notaire à La Chaussée

Cote E4/24-52 Archives départementales de la Vienne, Minutes Bourbeau - 1644. (Analyse affichée à la Maison de l'Acadie à La Chaussée, IMG6357)


Contrat de fermage de la maison et Seigneurie du Bourg de La Chaussée (Vienne). Du 8 avril 1644, entre Hilaire Follet, époux d'Anne Le Godelier et Vincent Landry, notaire royal et archer à La Chaussée.
Ce Vincent Landry était le père d'un filleul de Martin Le Godelier.
Ce document est intéressant d'une part parce qu'il montre les liens existants entre la famille de Martin Le Godelier, décédé 2 ans auparavant en Acadie et une famille Landry qui a sûrement fourni plusieurs colons acadiens, et d'autre part parce qu'il fait ressortir les différentes productions agricoles du domaine de Martin Le Godelier à La Chaussée: soient: le blé, la vigne, le lin, les pois, les fèves, les amandes, les ruches donnant du miel et la cire, l'arboriculture, c'est à dire toutes celles (sauf la vigne mais auxquelles on doit ajouter le chanvre) que l'on retrouve dans la primitive Acadie.

La Seigneurie du Bourg de La Chaussée fit l'objet d'un échange vers 1690 par Anne Le Godelier.

 

 

Liens entre Martin Le Godelier et Charles Menou d'Aulnay.

Cote E4/24-61 Archives départementales de la Vienne, Minutes Bourbeau - 1654. (Analyse affichée à la Maison de l'Acadie à La Chaussée, IMG6361)


Contrat de fermage de la Maison et Seigneurie d'Aulnay, du 1er décembre 1654, entre Guillaume Le Bel, membre du Conseil Privé du Roi, Grand Prévôt et Garde du Sceau Royal au pays d'Acadie, tuteur des enfants mineurs de Charles de Menou d'Aulnay pour leur bien en France et trois bourgeois de la région de Loudun.
Ce document -absolument inconnu à ce jour- et le dernier découvert (l'ordre des découvertes est porté en haut et à droite, en rouge sur chaque présentation) est la pièce maîtresse, en état actuel des choses de toute l'étude sur les origines des premières familles acadiennes.

Il démontre que

1º- des habitants de La Chaussée, les serviteurs de Martin Le Godelier et de son fils suivirent ces derniers en Acadie en mai 1642 et y restèrent! C'est la preuve qu'attendaient tous les historiens de l'Acadie.
2º- Si l'on ignore encore le nombre, les patronymes précis et les hameaux d'origine de ces serviteurs on peut raisonnablement espérer dorénavant détecter d'autres documents les concernant dans les séries E ou O des Archives Nationales car la dette de 3 000 livres de Charles Menou d'Aulnay envers Martin Le Godelier fit l'objet d'un dossier justificatif détenu par le Conseiller privé de Roi, Guillaume Le Bel ainsi qu'il ressort du sort spécial réservé par cet acte à la créance des héritiers de Martin Le Godelier (sa fille Anne et son gendre).
L'acte donne enfin un point de comparaison pour l'évaluation en francs actuels. Un pourceau d'un an vaut de nos jours environs 1500 F. et valait 20 livres à l'époque. La dette de 3 000 livres équivaut donc à environ 225 000 F.

 

Note: Hilaire Bourbeau, notaire à Poitiers, Archives départementales de la Vienne No.: 4 E 24/37-87 pour les années 1628-1681.

 

 

 

 

 

mwl

 

 

 

Marcel Walter Landry - Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez moi un courriel.

Dernière modification : mercredi 25 septembre 2013