Accueil
Remonter

Remonter vers Guillaume Landry

Les Landry à l'Île d'Orléans

 

Recensement de 1666 à l'île d'Orléans

  Hommes Femmes Total
Ménages     96
Personnes 291 161 452
Mariés 93 84 177
Veufs 2   2
Enfants et non-mariés 196 77 273

 

Recensement de 1667 à l'île d'Orléans

  Hommes Femmes Total
Ménages     89
Personnes 260 166 426
Mariés 86 88 174
Veufs/veuves 2 1 3
Enfants et non-mariés 172 77 249

Réf: Raymond Létourneau, Sainte-Famille: L'Aînée de l'Île d'Orléans, 1984. Page 107.

 

 

 

 

Propriétés de Guillaume Landry et son fils Claude. 1656-1748
 

Landry, Guillaume :
Sainte-Famille - Terre 17 (3 arpents de front). Concédée par Charles de Lauson-Charny, le 2-4-1656 (Badeau).

Donation de la moitié nord-est (17a) à Esprit Carbonneau et Marguerite Landry son épouse, et de la moitié sud-ouest (17b) à Claude Landry son fils, le 27-10-1688 (Vachon).

Les terres de l'île d'Oléans, p. 384

 

Landry, Claude:

Sainte-Famille - Terre 17b (un arpent et demi de front).

Donation par son père, Guillaume Landry, le 27-10-1688 (Vachon).

Vente A Jean Gagnon (fils de Robert), le 29-3-1691 (Genaple).

 

Saint-François - Terre 22 (3 arpents de front).

Acquise avant 1709 des représentants de François Garinet.

Légué à son fils Charles à son décès en 1748.

 

Sainte-Famille - Terre 30 (domaine seigneurial: 4 arpents).

Fermier du domaine par bail du 9-3-1712 (Chambalon).

Les terres de l'île d'Oléans, p. 384 et 406

 

Transactions foncières à l'Île d'Orléans impliquant des Landry entre 1656 et 1750.

Terre acquise par Jean Avice (1662), puis vendu par Guillaume Landry (1666).

Saint-Pierre - Terre No 44, de Jean DeSanis, de 2 arpents. Lot cadastral No 125
1662, 4 décembre (gfe Vachon) -- acte non retracé: cf: gfe Vachon, 11 juin 1666 et 12 février 1667 -- Concession de Charles de Lauzon-Charny (par erreur, cette terre se trouvant dans le fief des Ursulines), à: DeSanis, jean, 2 arpents, (entre: Mathieu Côté et Noël Côté) .
1666, 11 juin (gfe Vachon), vente de Guillaume Landry (1626-89) , héritier de Jean Desanis, son proche parent — sa mère étant une DeSanis; cf: contrat de mariage -- à:
Chabot, Mathurin (1639-post 1696), 2 arpents, avec cabane. entre: Mathieu Côté et les terres non concédées (des Ursulines).
1666, recensement, p. 77, Chabot, Mathurin, etc., entre: (5e) Abel Sagot dit Laforge et (7e) Jean Langlois-Boisverdun.
 

1667, 12 février (gfe Vachon), vente de Mathurin Chabot à: Côté, Mathieu (1642-96) , 2 arpents, entre: Mathieu Côté (acquéreur) et les terres (non concédées) des Ursulines. Dès lors cette terre est réunie à la précédente; elles s'étendent sur 4 arpents de largeur. Nous avons groupé toute notre information sur la terre précédente.

Les terres de l'île d'Oléans, p. 40

 

Terre fusionnée avec la précédente en 1667.
Terre No 43, de Mathieu Côté (1642-96), de 2 arpents. Lot cadastral No 124
Avant le 11 juin 1666 (Voyez la terre suivante à cette date), Côté, Mathieu (1642-96), possède 2 arpents de front, (à l'extrémité est du fief des Ursulines) , (entre: Pierre Soumandre et Jean DeSanis).
1667, recensement, p. 72a, Marandeau, Jean (1627-1711) , fermier de Mathieu Côté, 6 arpents en valeur, entre: (6e) René Dubois dit Brisebois et Mathurin Chabot. 1667, -- la terre suivante passe à: Côté, Mathieu, qui possède dès lors 4 arpents de front.

1668, 25 janvier (gfe Vachon), (re) concession des Ursulines à: Côté, Mathieu, 4 arpents (comprenant apparemment la terre suivante, de 2 arpents) , entre: Pierre Soumandre et (2°) les terres non concédées des Ursulines.
1681, recensement, p. 86a, Côté, Mathieu, 20 arpents en valeur, etc., entre: (2e) Thomas Rondeau et (2°) Noël Côté.
1689, carte Villeneuve, p. 166, Côtté, Mathieu, No 15, entre: (2°) Thomas Rondeau et (2°) Noël Côtté.
1698, 24 mars (gfe Jacob père), inventaire de feu: Côté, Mathieu et d'Elizabeth Gravel (1651-1707), son épouse, 4 arpents de front, où il y a 50 arpents en valeur, maison de colombages quasi neuve, de 18 pieds de largeur, avec vieille alonge, de 15 pieds sur 12, grange de 30 pieds sur 20, avec couverture en paille et étable de 18 pieds sur 20; cette terre ayant été arpentée par Jean Guyon, le 16 mars 1675, entre: Noël Côté fils (1672-1701) et Noël Côté (1646-1701).

1706, 2 mars ( gfe Chambalon) , (a) donation générale d'Elizabeth Gravel (1651-1707), veuve de Mathieu Côté, à: Côté, Pierre (1684-1726) et Côté, Mathieu (1686-1715), ses fils; et (b) vente de Geneviève Côté, fille majeure, demeurant à l'Hôtel-Dieu de Québec, à:
Côté, Mathieu (1686-1715), son frère, de 4 perches de front, faisant la 5° partie de la moitié d'une terre de 4 arpents de front, bornée au nord-est par l'héritier de Noël Côté (1672-1701), fils de Jean Côté (c'est-à-dire: Pierre Côté-Drouin) et au sud-ouest, par Noël Côté (1646-1701), frère (du dit) Jean Côté; (c) et, au moyen d'un échange, Mathieu Côté fils (1686-1715) cède à: Côté, Pierre (1684-1726), 4 perches de front, faisant la 10° partie d'une terre de 4 arpents de front; et
(d) vente de François Gosselin (1661-1745) et Charlotte Côté, sa femme, à: Côté, Pierre (1684-1726), 4 perches de front, bornées au nord-est par l'héritier de feu Noël Côté (1672-1701) -- c'est-à-dire: Pierre Côté-Drouin -- et (au sud-ouest) par Martin Côté (1673-1727).

1709, carte de Catalogne, Costé, P (ierre) (1684-1726 ) entre: N (oël) Costé (1672-1701) et (2°) la Ve (de Jean-Baptiste) Couture.
1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 22, Côté, Mathieu, les héritiers de, 4 arpents ( comprenant la terre suivante, de 2 arpents), avec maison, grange, étable, 50 arpens de terre labourable et 3 arpens de prairies, entre: Pierre Côté-Drouin et (2e) les héritiers de Jean-Baptiste Couture.
 

 

 

 

Terre acquis par Guillaume Landry (1656), divisée et léguée à son fils Claude et sa fille Marguerite (1688).

Sainte-Famille - Terre No 17, de Guillaume Landry (1626-89), de 3 arpents. Nos cadastraux actuels : 55, 56 et 57
1656, 2 avril (gfe Badeau), concession de Charles de Lauzon-Charny à : Landry, Guillaume (1626-89), 3 arpents de front, entre : Guillaume Baucher-dit-Morency et Robert Gagnon.
 

1666, recensement, p. 66, Landry, Guillaume, 40 ans, et Gabrielle Barré, 27 ans, sa femme, habitants à l'ile d'Orléans.
1667, recensement, p. 72c, Landry, Guillaume, 40 ans et Gabrielle Barré, 25 ans, sa femme; 15 arpents en valeur, etc., entre : Pierre (A) Loignon et Robert Gaignon.
1681, recensement, p. 84c, Landry, Guillaume, 55 ans, Gabrielle Barré, 45 ans, sa femme; 15 arpents en valeur; entre : (non mentionné dans l'ordre des terres).
1686, 11 mars (gfe Rageot), engagement de : Landry, Claude (1662-1748) « aux MM. de la Cie du Nord, pour faire voyage à partir de Québec à aller au Montréal et de là à Timiscaminges, Abittiby et jusqu'au fond de la baye du Nord, pour porter les vivres et rapporter les pelleteries ».
1687, 12 janvier (gfe Rageot), engagement de: Landry, Claude, matelot, habitant de la Ste-Famille, à la Cie du Nord, pour faire voyage dans tel bâtiment qu'il plaira à la dite Cie., avec le capitaine Maron, pilote de bâtiment, etc.
1689, carte de Villeneuve, p. 168, Blaudry (Landry), Guillaume, Nos 67 et 68, avec grange. entre : Pierre (A) Loignon et Robert Gaignon.
 

1688, 27 octobre (gfe Vachon), donation en usufruit de sa te. et de ses biens meubles (et en propriété après sa mort), de « Guillaume Landry, vicaduc, veuf de Gabrielle Barré », à : Carbonneau, Esprit (Espéry (1643-1715), son gendre, époux de Marguerite Landry, (moitié est, No 17a), et à : Landry, Claude (1662-1748), son fils (moitié ouest, No 17b).

Les terres de l'île d'Oléans, p. 87-88

 

Terre de Marguerite Landry vendu à Jean Morisset (1690).

Sainte-Famille - Terre No 17a, de jean Morisset (1642-99), de 1½ arpents
1690, 10 juillet (gfe Nicolas Catrin (1655-1700), disparu (cf : gfe Jacob père, 20 février 1691), vente d'Esprit Carbonneau et Marguerite Landry, son épouse, de St-François, I. O. -- sur notre terre No An-6 —à: Moricet, Jean (1642-99), de 1½ arpents de front, entre : Pierre (A) Loignon et Claude Landry, leur étant provenus de la succession de feu Guillaume Landry et de feu Gabrielle Barré. Quittance finale, le 13 février 1694, au bas de l'acte de vente.
 

Entre 1706 et 1715, Moricet, Jeancien (1687-1727), fils du précédent, acquiert toute cette terre (No 17a), de 1½ arpents de front, en même temps et au moyen des mêmes actes notariés qui le rendent propriétaire de la terre principale de feu son père. Voyez cette terre No F-13b.

 

Avant 1725, toute cette terre (No 17a) passe à : Leblond, Joseph (1672-1757) -- Voyez notre terre No F-17b.
 

Les terres de l'île d'Oléans, p. 88-89

 

Terre de Claude Landry vendu à Jean Gagnon (1691).

Sainte-Famille - Terre No 17b, de Joseph Leblond (1672-1757), de 1½ arpents
1691, 29 mars (gfe Genaple, cahier 7), vente de Claude Landry et Angelique Vadieu (Verieul ou Veilleux), sa femme, de St-François, I. O., à : Gagnon, Jean (1659-1742), demeurant dans la maison de Robert Gagnon, son père (terre suivante), de 1½ arpents de front, avec 15 à 16 arpents de terre désertée et en culture, et une vieille maison de pièces sur pièces, un vieux hangar entouré de pieux, situés entre : Jean Moricet et Robert Gagnon; au vendeur appartenant comme héritier (pour moitié) dans la succession de feu Guillaume Landry, son père.
 

1697, 9 juillet (gfe Genaple), vente de Jean Gagnon et Ux à: Drouin, Nicolas (1652-1723), de 1½ arpents de front terre No 17b - comme ci-haut.
1706, 28 septembre (gfe Chambalon), cession, au moyen d'un échange, de Nicolas Drouin et Marie Lognon, sa femme, à : Leblond, Joseph (1672-1757), de 1½ arpents de front, acquis de Jean Gagnon, comme ci-haut, et situés : entre : la Vve et héritiers de Jean Mauricet et la terre de Pierre Drouin (lui) venant de Robert Gagnon;
avec maison de colombages, de 20 pieds sur 18, pierrotée et une cheminée de maçonne, le tout presque terminé, et une grange prête à lever.
 

1709, carte de Catalogne,
Leblond, J(oseph) — époux de Catherine Drouin (1689-1754). entre : la V (ve de Jean) Morisset et P(ierre) Drouin.
1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 15, Leblond, Joseph, 3 arpents de front incluant notre terre No F-13a, de 1½ arpents de largeur --- avec maison, grange, étable et 60 arpents de terre labourable, entre : Charles (A) Loignon et Pierre Drouin.
 

1743, 2 février (gfe Louet), donation de joseph Leblond et Catherine Drouin, sa femme, demeurant à Québec, rue Nouvelle, à: Martino, joseph (1719-56) et Dorothée Drouin, sa future épouse, leurs neveu et nièce, à chacun, moitié de 3 arpents 3 perches, avec maison, etc., entre: Charles (A) Loignon et Pierre Drouin père. Le mariage des donataires eut lieu à la Ste-Famille, le 18 février 1743.

Les terres de l'île d'Oléans, p. 89-90

 

Claude Landry loue une ferme en 1712.

Ste-Famille - Terre No 30, du domaine seigneurial de Charny-Lirec, de 4 arpents, puis de jean Premont (1671-1731). Lots cadastraux Nos 120 à 132
 

En 1656 et 1657, Charles de Lauzon-Charny concéda deux terres, respectivement à Jacques Bilodeau et à Jean Lehoux, séparées par une réserve de 4 arpents de largeur (Voyez les terres précédente et suivante à cette date). C'est sur cette terre que furent plus tard érigés l'église, le deuxième presbytère, le deuxième (présent) couvent des RR. SS. de la Congrégation de Notre-Dame et le cimetière de la Sainte-Famille. Le fief de Charny-Lirec passa à Mgr Laval, en 1666. Un fermier tint cette terre du domaine à bail durant plusieurs années, jusqu'à ce qu'elle fut concédée, en 1723.
 

1666, recensement, p. 76, Turcos Abel (1631-87), 35 ans, musnier habitant, et Isabelle Girard, 25 ans, sa femme, avec 3 domestiques: Pierre l'Or, 20 ans; Mathurin Grin, 40 ans, et Guy Baudin dit St Martin, 26 ans.
1667, recensement, p. 72-c, Turguot, Abel, 36 ans, fermier de M. Levesque (Mgr l'évêque de Laval), et Marie Gereau, 27 ans, sa femme; 50 arpents en valeur; entre : Jacques Bilaudeau et Jean Lehoux.
 

1669, 10 novembre (Archives de Saint-Pierre, I.O.) et 1670, 10 juin (gfe Duquet, minute absente), (Cf : Généalogie des Familles de l'ile d'Orléans (1880), par l'abbé Michel Forgues, appendice de l'abbé O'Leary, pp. 349 et 350; et Archives de l'Archevêché de Québec, copies de lettres concernant l'Eglise du Canada, par l'abbé Ivanhoe Caron, publiées dans le Rapport de l'Archiviste de la province de Québec, pour 1939-40, p. 212 :
Concession de Mgr de Laval, « pour l'emplacement d'une église et cimetiere, 1 arpent (en superficie), et pour celui d'un presbytère, cour et jardin, et pour un enclos, celle de 7 arpents (en superficie), joignant le d. arpent de l'église déjà commencée, le plus près de la côte qu'il se pourra, et joignant l'habitation de Jacques Bilodeau (au nord-est) ».
En 1675, d'après l'abbé O'Leary, cette donation fut contestée par le seigneur Berthelot, mais sa plainte fut rejetée par l'intendant Duchesneau. Le seigneur Berthelot aurait donné aux RR. SS. de la Congrégation, pour une école, une partie de la propriété concédée à la paroisse.
 

1681, recensement, p. 84-b, Deniart (de la Norraye) , Louis (1639-1708). 42 ans, et Marie Sevestre, 42 ans, sa femme, etc.
 

1687, 19 janvier (gfe Vachon), Les Marguilliers de la Sainte-Famille se voyant dans la nécessité de construire un presbytère, acceptent la proposition du curé Lamy de prendre pour cet effet une maison qu'il a lui-même construite de ses propres deniers pour une école de filles (et située à 13 arpents au nord-est de l'église, sur notre terre No 26). Cette maison servira de presbytère jusqu'en 1709 et peut-être jusqu'en 1725, alors que cet édifice se trouvait bien sur la terre du domaine.
 

1689, carte Villeneuve, p. 167, La Norraye, le Sr (Louis de Niort) de (1639-1708), commis de M. le comte de St Laurent, No 46, ensuite l'église, entre : (2e) Antoine Puppé (Pépin-Lachance) et Jean Lehoux.
 

1691, 5 juillet (gfe Rageot, No 4292), bail de ferme et loyer, pour deux ans, de Louis de Niort de la Norraye, à : Baucher (dit Morency), René (1646-post 1705), d'un corps de logis, situé à la Ste Famille, consistant en une chambre à cheminée d'un côté, trois cabinets et la cave dessous; et d'autre côté une chambre à feu avec quatre cabinets; à la réserve de la d. chambre pour les jours que la Justice s'y tiendra; avec l'enclos sur lequel le d. logis est étably, clos de pieux debout et de travers, en l'estat qu'il est, à la réserve du jardin pour la présente année et du fournil et étable qui sont dessus.
 

En 1701 (Cf : Mgr Amédée Gosselin, L'Instruction au Canada sous le régime français, pp. 202 et seq), cession du curé Lamy aux : RR. SS. de la Congrégation de Notre-Dame, d'un arpent (le terre en superficie, accordé par Mgr de Laval, en 1669, pour y bâtir le presbytère, avec 1 une maison en maconne, à trois étages, fenêtres et portes en pierre de taille, mesurant 50 pieds sur 28 ».
 

1709, carte de Catalogne, Domaine de M. Berthelot, entre : Blondeau -- les fils de Jacques Bilodeau --- et I. (et) J. Le hou.
 

1712, 9 mars (gfe Chambalon), bail à ferme de Guillaume Gaillard, procureur du seigneur Berthelot, à : Landry, Claude (1662-1748), de la Ste Famille, de la terre du domaine, de 4 arpents de front, sur toute la profondeur que la d. terre peut avoir, avec ses bâtiments, le d. baillant s'engageant à donner sa chambre pour tenir les audiences et de chauffer les officiers de la justice du comté de St Laurent, lors des audiences qu'ils auront à tenir au cours du bail.


1723, 22 juillet (gfe Dubreuil), concession et vente de Guillaume Gaillard, seigneur de l'ile St-Laurent, pour 3000 livres, à : Premont, Jean (1671-1731), juge-bailli du dit lieu, de 4 arpents de front, ci-devant nommés : le domaine de la Ste-Famille, avec grange de 60 pieds, entre : François Bilodeau et Jean Lehoux:
moins 8 arpents en superficie, où se trouvent l'église et le presbytère et une maison appartenant aux Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame.
 

1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 16, Primois (sic) -- Prémont -- Jean ,1671-1731), 4 arpents, sur lesquels sont bastys l'église, le presbytère, et la maison des filles de la Congrégation, entre : François Bilaudeau et Jean et Hypolite Lehoux.
 

14-10-1729 (Barbel). Vente par Jean Primont à Clément Langlois, du Chateau-Richer, de 2 arpents de front, entre François Bilodeau et J.B. Primont, fils du vendeur.

Les terres de l'île d'Oléans, p. 109-111

 

Augustin Landry, fils de Claude, Vente des droits à la succession de son épouse, 27 juin 1750.  Cinq jour plutôt, le 22 juin 1750 il a épousé en 3ième noce Marie Schoslastique Dompierre.

Saint-François - Terre N° 14, de Charles Dompierre-St-Martin (1651-88), de 3.1 arpents
Avant le 7 mars 1673 (Rageot ?), concession non retracée de Mme d'Ailleboust à : Dompierre-dit-Saint-Martin, Charles (1651-88), 3 arpents, (entre : Jean Amaury et Jean Lauzet-dit-Matha).

1681, recensement, p. 87c, Dompierre, Charles, 30 ans; 10 arpents en valeur, etc., entre : Jean Amory et (2e) Pierre Butaut.
 

1683, 2 juillet (Vachon), procès-verbal du grand chemin d'Argentenay, Dompierre, Charles, entre : (6e) Pierre Auffraix et Alexandre Bo(i)ssart.
 

1688 et 1692 — voyez la terre suivante — Dompierre, Charles, obtient concession de la terre suivante, de 4 arpents de largeur, de sorte qu'il possède dès lors deux terres contiguës, de 7 arpents de front en tout.
 

1689, carte de Villeneuve, p. 169, Dompierre, Charles, Nos 19 et 20, avec maison et grange — deux terres — entre : Jean Amaury et Pierre Ausay (Auffray).
 

1690, 27 janvier (Jacob), inventaire de feu : Dompierre, Charles, et de Marie-Agnès Destouches, son épouse, qui possèdent les deux terres ci-haut mentionnées, arpentées par Jean Guyon, le 17 avril 1671 (procès-verbal non retracé).
 

Vers 1700, devant Catrin, notaire (cf : Chambalon),
 

1708, 10 juillet, partage de la terre de feu : Dompierre, Charles, de 7 arpents de front — comprenant la terre suivante — entre trois héritiers, Marie Destouches, la veuve, prenant moitié de ces 7 arpents, comme suit, du nord-est au sud-ouest :
(a) la veuve, 1¾ arpent
(b) René Dompierre (1679-1738), 1¾ arpent
(c) Robert Aymond (1671-1740), 1¾ arpent
(d) la veuve, 1¾ arpent
 

1708, 14 février (Hilaire-Bernard de Larivière), procès-verbal d'arpentage de la terre de feu : Dompierre, Charles, de 7 arpents, 1 perche et 13 pieds de front, dont partie livrée à : Emon, Robert, à cause de Catherine Dompierre, sa femme, 1¾ arpent, entre : le reste de la terre des dits héritiers et Nicolas Mennanteau.
 

1708, 10 juillet (Chambalon) « Je prie Monsieur de Chambalon de vouloir bien ratifie le Contrat et la donasion que nous avons faite anos enfans ou mois mari de touche je consens et pretans que Larati ficasions faite aselfin que nou puisions vivre en pas sans aucune enquetude et trouble et en cas que jevienne ameuri avans monmari quiluisoit per-mi deleve ses drois. Et moiane duchesne bru de la dite marie detouche ye done ausi mon consenteman aselfin que le dit contra et donasions soit ratifier parellesmans a mabellemerre et les dit consants mans fai et pase dan la maison seneurialle dargentenay anpresen se du sieur perrot qui at sine comme temoins et nous deClarons ne savoir ni etcrire nisine Argentenay ce 2 juillet 1708 — Perrot dargentenay
 

Donation de François Carmel et de Marie Destouches, sa femme, veuve de Charles Dompierre, de la moitié en deux terres contigues, de 7 arpents de large, entre: jean Amory et Nicolas Mennanteau, à la réserve de la jouissance de la maison et hangar, du jardin, du parc ou renclos et de la cour, leur vie durant, à : Dompierre, René (1679-1738), les 3½ arpents du nord-est et à : Aymond, Robert (1671-1740), les 3½ arpents du sud-ouest.
 

1709, carte de Catalogne, Dompierre, René, — fils de feu Charles — entre : J(ean) (A) Mori et R(obert) Hémont.
 

1714, 11 juin (Chambalon), aveu et dénombrement, Dompierre, René, 3½ arpents de front, avec 50 arpents de terre labourable, entre : Jean Amory et Robert Aymont.
 

1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 11, Dompierre, René, 3½ arpents, avec maison, grange, étable et 50 arpents de terre labourable, entre : Jean Amory et Robert Aymon.
 

1750, 27 juin (Fortier), vente d'Augustin Landry (1708-58) et Marie-Scolastique Dompierre, son épouse (fille de feu Marc-Antoine Dom-pierre, 1704-47), à : Dompierre, Joseph (1715-57), oncle de la venderesse, de ses droits en la succession de Marie Dompierre par représentation de feu René Dom-pierre (1679-1738) et Marianne Duchesne, ses ayeuils, en 7 perches faisant partie de 3½ arpents de front, entre (2e) le domaine d'Argentenay et les représentants de feu Robert Emont.

Les terres de l'île d'Oléans, p. 175-177

 

Parcelles de terre léguées par Angélique Guyon à ses enfants Gagné de son 1er mariage et Landry de son 2ième mariage avec Augustin

Saint-François - Terre N° 17, de Joseph Bonneau-dit-la-Bécasse (1651-1701), de 5 arpents

1689, carte de Villeneuve, p. 169, Bonneau- (dit la-Bécasse), Joseph (1651-1701), Nos 15 et 16, avec maison et grange; entre : Pierre Aussy (Auffray-dit-Gargot) et (2e) Nicolas Verrières (Vérieul).
 

Avant 1709, cette terre fut divisée en deux tranches égales, de 2½ arpents de largeur chacune, comme suit :

 

Terre N° 17a, d'Ambroise Migneron (1682-1738), de 2½ arpents

1709, carte de Catalogne, Migneron (Ambroise (1682-1738), entre : P(ierre) Gagné et Cenar (?)
 

1714, 11 juin (Chambalon), aveu et dénombrement, Migneron, Ambroise, 2½ arpents de front, avec 8 arpents de terre labourable, entre : Pierre Gagnier et Denis Gagnier.
 

1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 11. Migneron, Ambroise, 2½ arpents de front, avec maison et hangar et 8 arpents de terre labourable, entre : Pierre Gagnier et Denis Gagnier.
 

1748 — voyez la terre suivante à cette date : Asselin, François (1724-p. 1766).

 

Terre No 17b, de Denis Gagné (1682-1728), de 2 1/2 arpents
 

1709, carte de Catalogne, Senard, Jean, (Jacob, le 3-6-1709). Vente par Jean Senard, de St-Joachim, à Louis Gasnier, de 3 arpents de front, entre: Ambroise Migneron et Pierre Fugère, acquis de Robert Emond le 3-11-1707 Chambalon) entre: (Ambroise) Migneron et (2e) R. Fuger (Pierre Fugère).

 

1714, Il juin (Chambalon), aveu et dénombrement, Gagnier, Denis (1682-1728), 2 1/2 arpents de front, avec 8 arpents de terre labourable. entre: Ambroise Migneron et Jean Gagnier et "ses héritiers de René Aymond".

1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 11, Gagnier, Denis, 2½ arpents de front, avec maison et hangar et 8 arpents de terre labourable, entre : Ambroise Migneron et Jean Gagnier.
 

1748, 17 et 18 janvier (Fortier), partage de la terre de feu : Gagné, Denis et feu Angelique Guyon (1697-1747), remariée avec Augustin Landry (1708-58), de 3 (?) arpents de front, située : entre : François Asselin et Joseph Fougère, où il y a 35 arpents de plus en valeur, qu'en 1729.
 

La terre est divisée comme suit, du nord-est au sud-ouest : moitié est, joignant François Asselin : les héritiers d'Angelique Guyon : Madeleine et Monique Landry, Louis Gagné, Augustin Landry, Denis, Marie-Louise, Jean-Baptiste, Pierre, Marie-Joseph, Angelique et Marthe Gagné et Geneviève Landry, chacun : 1 perche et 4½ pieds de front;
moitié ouest, joignant Joseph Fougère : Jean-Baptiste, Louis, Denis, Marie-Joseph, Marie-Louise, Pierre, Marthe et Angelique Gagné : chacun 1 perche 16 pieds et 9 pouces de front.

Les terres de l'île d'Oléans, p. 180-181

 

Claude Landry acquiert une terre à St-François entre 1690 et 1709, plus tard (1748) à son fils Charles.

Saint-François Terre N° 22, d'Antoine Vermet (1644-post 1689), de 3 arpents
1669. 4 octobre (Rageot). concession non retracée, de Mme d'Ailleboust — cf: Rageot, 16 août 1682, No 2436 — à: Sauvin-dit-la-Rose (François) (16 -1707), 3 arpents, (entre Etienne Mesny et Michel Bouchard ou Marie Graton)
 

1670, 8 mars (Auber), subrogation non retracée de François Sauvin — cf : Rageot, 16 août 1682, N° 2436 — en faveur de : Gannet, François (1635-ant. 1728).
 

1671, 31 mai (Rageot, N° 598) et 1671, 8 avril (Auber) — voyez les terres précédente et suivante à ces dates respectivement — cette terre N° 22 paraît appartenir à : Gannet, François, etc. entre : Etienne Meny et Etienne Ravan.


1682, 16 août (Rageot, N° 2436), vente de François Gannet, habitant d'Argentenay à : Vermet, Antoine (1644-post 1689), 3 arpents, avec hangar et étable, entre : Estienne Mesny et Estienne Ravan.
 

1681, recensement, p. 87b, Vermet, Antoine. 45 ans, et Barbe Menard, sa femme, etc., semblent mentionnés avec les habitants de Saint-Jean, I.0. Pourtant, au baptême de Jacques Vermet, à Québec, le 23 juillet 1681, les parents sont dits de Saint-Laurent, 1.0. L'enfant était né la veille.
 

1689, carte de Villeneuve, p. 169, Vermet, Antoine, Nos 9 et 10 avec grange, entre : Estienne Mesnil et Estienne Ranson (Ravan).
 

1690, 26 janvier (Jacob), inventaire de feu Constance Lepage, vivante, femme de : Guerinet, François — Certains titres concernant cette terre se trouvaient parmi les papiers de la défunte.

1709, carte de Catalogne, Bondi, Ch (Claude Landry) (1662-1748), entre : la Ve (d'Etienne) Meni et B(aptiste) De Blois.
 

1714, 11 juin (Chambalon), aveu et dénombrement, Landry, Claude, 3 arpents de front, avec 25 arpents de terre labourable, entre : les héritiers d'Estienne Meny et Jean-Baptiste De Blois.
 

1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 12, Landry, Claude, 3 arpents de front, avec maison et hangar et 25 arpents de terre labourable, entre : les héritiers d'Estienne Mesny et Jean-Baptiste De Blois,
 

1748, 23 février (Fortier) — voyez la terre suivante à cette date — Landry, Charles (1690-1770) — fils du précédent —
 

Les terres de l'île d'Oléans, p. 185-186

 

Vente d'une parcelle de terre de Augustin Landry hérité par sa 2ième épouse Marie Félicité Deblois.

Terre N° 23, d'Etienne Ravan-Brisambourg (1631-post 1689), de 3½ arpents

1669, 20 septembre, concession non retracée de Mme d'Ailleboust (cf : Auber, 8 avril 1671) à : Bouchard, Michel (1637-1709), ou à : Trottin, Marie, sa femme,
 

1669, 15 décembre (Auber), vente ou cession non retracée — cf : Auber, 8 avril 1671 — de Michel Bouchard à : Du Mesnil (Etienne (1643-ant 1709), de la terre en question.
 

1671, 8 avril (Auber), vente d'Etienne Du Mesny à : Ravan, Etienne (1631-post 1689), de Beaupré, 3½ arpents, au nord, entre : François Grenier (Garinet) et Jean Serreau-St-Aubin.
 

1671, 31 mai (Rageot, N° 598), concession des Hospitalières à : Mesnil, Estienne, 3½ arpents de front en haut bois, au nord, entre : François Garinet et les terres non concédées.
 

1681, recensement, p. 87c, Ravan, Estienne, 50 ans, 8 arpents en valeur, entre : (2e) Estienne Mesnil et Jean Riou.
 

1689, carte de Villeneuve, p. 169, Ranson, Etienne, Nos 7 et 8, avec grange : entre : Antoine Vermet et Jean Riou.
 

1696, 15 mars (Chambalon) — voyez la terre suivante à cette date — cette terre N° 23 semble appartenir à : Riou, Jean (1651-ant. 1723) — futur seigneur des Trois-Pistoles — entre : et Jean Riou (lui-même).
 

1709, carte de Catalogne, De Blois, B(aptiste), (1680-1769), entre : Claude Landry et J(oseph) De Blois.

1714, 11 juin (Chambalon), aveu et dénombrement, De Blois, Jean-Baptiste, 3 arpents de front, avec 30 arpents de terre labourable, entre : Claude Landry et Joseph De Blois.
 

1725, 25 août, aveu et dénombrement, p. 12, De Blois, Jean-Baptiste, 3 arpents de front, avec maison, grange, étable et 30 arpents de terre labourable, entre : Claude Landry et Joseph de Blois.
 

1748, 23 février (Fortier), vente d'Augustin Landry (1708-58) et Félicité De Blois (1726-50), son épouse, à : De Blois, Jean-Baptiste (1680-1769) père, de 3 perches 5 pieds 9 pouces de terre de front, sur la profondeur depuis le fleuve jusqu'au milieu de l'ile, faisant partie d'une terre de 3 arpents, entre : Charles Landry (1690-1770) et Simon De Blois (1691-1756), aux vendeurs appartenant par succession de défunte Magdeleine Labbé (1690-1728), mère de la venderesse et à escheoir après le décès de Jean-Baptiste de Blois (1680-1769), son père.
 

Les terres de l'île d'Oléans, p. 186-187

 

 

Les terres de l'île d'Oléans 1650-1725, compilé Léon Roy aux Archives 1949-1973, Raymond Gariépy édition 1978.

 

 

Marcel Walter Landry - Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez moi un courriel.

Dernière modification : samedi 18 juillet 2015