Accueil
Remonter

REMONTER 

 

Références au nom Landry dans Nos Ancêtres, vol. 11 de Gérard Lebel


 

Gérard Lebel. Nos Ancêtres, Volume 11, Sainte-Anne-de-Beaupré, Québec, 1986. Page 85 à 93. Biographie de Gérard Lebel.

 

GUILLAUME LANDRY


Grâce aux recherches de Mme Pierre Montagne, c'est au Perche, France, que le déblaiement des documents généalogiques concernant les fondateurs de notre pays est le plus avancé. De ce petit coin de terre, nous sont venus le seigneur Giffard, les Goulet, Giguère, Drouin, Crête, Houde, Mercier, Guyon, Pinguet, Paradis, Pouliot, Rivard, Gagné, Guimond, Pelletier, Tremblay et combien d'autres?
 

Guillaume Landry avait vu le jour à La Ventrouze-au-Perche. Etaient citoyens de La Ventrouze Pierre Gagnon et Renée Roger, son épouse, sa soeur Marguerite Gagnon, compagne d'Eloi Tavernier, Pierre Loignon, Nicole Lemère, épouse de Gaspard Boucher, Marie Mésange, celle qui partagea sa vie avec Mathurin Chabot.

La Ventrouze
Le Perche des aïeux situé à quelque quarante lieues de Paris était enclavé entre quatre grandes provinces françaises: Normandie, Ile-de-France, Orléans et Maine. Le découpage du territoire en départements par la révolution française écorcha le Perche, déjà restreint, au profit de l'Eure, de L'Eure-et-Loir, de la Sarthe et de l'Orne. La Ventrouze appartient maintenant au département de l'Orne, nom hérité d'un petit fleuve du même nom qui y prend sa source. L'Orne comprend quatre arrondissements: Argentan, Domfront, Alançon et Mortagne, ces deux derniers célèbres par leurs chevaux de trait appelés percherons. La Ventrouze appartient à l'arrondissement de Mortagne et au canton de Tourouvre. Depuis trois siècles, rien n'a pratiquement changé à La Ventrouze.

Guillaume Landry reçut le baptême, un jeudi 23 février 1623. Noël Desavis, son oncle, et Françoise Chamboy, de Tourouvre, l'accompagnaient sur les fonts baptismaux. Mathurin Landry, maitre tailleur d'habits, et Damiane Desavis, ses père et mère, s'étaient mariés à La Ventrouze, le 8 novembre 1620. Mathurin Landry était originaire de Neuilli-sur-Eure... Quant à Damiane Desavis, fille de feu Guillaume, elle était une authentique citoyenne de La Ventrouze. Claude Huet, prieur de La Ventrouze, avait béni son mariage.
 

Le R. P. Archange Godbout, O.F.M., a trouvé une soeur et deux frères du jeune Guillaume Landry: Sébastienne, filleule le 13 mars 1624 de Sébastien Desavis et de Louise, femme de Julien Lehoux; Robert Landry, baptisé le 18 mars 1630; Jean Landry présenté sur la fontaine baptismale par Jean Aléaume et Madeleine Laroche, femme de Noël Desavis, le 25 mars 1636.
 

Eclaireur
Un éclaireur, c'est un soldat chargé de précéder une troupe en campagne, un cavalier en avant d'un escadron, un navire de grande vitesse près de l'escadre, une oie blanche arrivée plusieurs jours avant le voilier de passage pour s'assurer de la situation traditionnelle de l'habitat saison-nier. Au Canada français, nous avons eu de ces éclaireurs venus sonder le pays avant l'arrivée des fistons. Pierre Simard vint probablement seul en Nouvelle-France, avant de conseiller à son fils Noël dit Lombrette de s'y établir.
 

O surprise! Mathurin Landry, maître-tailleur d'habits, explora les rives du Saint-Laurent plusieurs années avant la traversée de son fils. Il serait venu ici comme serviteur des Jésuites en 1643. Deux preuves existent dans les registres religieux de Trois-Rivières. Le 16 juillet 1643, Mathurin Landry se présente comme parrain de Mathurin Pouaouagan. Le père Jean de Brébeuf administra le baptême à l'Amérindien. L'on sait que le célèbre missionnaire a vécu dans la région de Québec, de l'automne 1641 au 17 septembre 1644. Puis, le 29 juillet 1643, Mathurin Landry devint parrain d'un autre petit amérindien Mathurin, fils de Jean Pachirinich et de Françoise Pakintemdamages. Paul Lejeune, S.J., l'un des fondateurs de la mission de Trois-Rivières, versa l'eau baptismale sur le front de l'enfant indigène.
 

En quel honneur Mathurin avait-il décidé de chercher aventure en Nouvelle-France? Sommes-nous bien en présence du paternel de l'ancêtre canadien Guillaume? Peut-on espérer présenter un jour une vérité plus manifeste? Parmi les dix-neuf millions de sujets français du début du règne du Roi-Soleil, serait-il possible de trouver l'existence de plusieurs Mathurin Landry, nom assez répandu dans le royaume?...
 

Mathurin Landry retourna en France, peut-être même à l'automne 1643. Son fils Guillaume viendrait le remplacer une dizaine d'années plus tard.
 

Concessionnaire
Guillaume Landry vint un jour s'établir en Nouvelle-France, plus précisément à l'île d'Orléans comme l'un de ses premiers pionniers, paroisse Ste-Famille fondée en 1661.
 

Les trois premières seigneuries de la Nouvelle-France sont Beauport en 1634, Beaupré en 1636 et celle d'Orléans le 1er juillet 1638. La seigneurie de l'île comporta trois arrière-fiefs principaux: Beaulieu, Argentenay et Charny-Lirec. Ce dernier territoire, côté nord de l'île, celui sur le-quel vivra l'ancêtre Landry, fut concédé le 24 juillet 1652 par le gouverneur Jean de Lauzon à son fils Charles. Charles de Lauzon fera trente-six concessions dans Ste-Famille, dont l'une à Guillaume Landry. Quand Mgr de Laval deviendra propriétaire majoritaire de l'île à la fin d'août 1664, il ne fera que cinq nouvelles concessions à Ste-Famille. François Berthelot prendra la relève de Mgr de Laval le 24 avril 1675. La paroisse de Ste-Famille était alors presqu'entièrement entre les mains de concessionnaires comme Guillaume Landry.
 

L'arrivée au Canada de Robert Gagnon et de Guillaume Landry se cache toujours dans les secrets de la petite histoire. Le 2 avril 1656, donc avant l'ouverture de la navigation, les deux amis de La Ventrouze sont à Québec chez Charles de Lauzon, en présence de François Badeau, notaire, pour l'obtention de leur concession à l'île d'Orléans. Ils seront voisins. Guillaume obtint trois arpents de terre de front «sur le grand fleuve St Laurent». Guillaume paiera «chaque jour et feste St Remy chef d'octobre» vingt sols de rente et douze deniers de cens «pour chacun desdits arpents de front». Guillaume Bouché dit Morency sera son voisin du côté de l'est. Guillaume Landry pourra vivre à cet endroit comme propriétaire à part entière et même pècher à sa guise dans le fleuve, vis-à-vis sa concession. A l'époque de la vieille France, quelle richesse!
 

Cette terre porte les numéros cadastraux actuels 55,56 et 57. Un descendant pèlerin peut la retrouver avec les numéros civiques 4327, 4348, 4350.

Gabrielle Barré
Guillaume Landry et Robert Gagnon se mirent à l'oeuvre pour exploiter leur concession. Dès l'automne 1657, Gagnon fonda foyer en épousant Marie Parenteau, une rochellaise. Guillaume, lui, prépara l'arrivée de son épouse jusqu'en 1659, c'est-à-dire trois ans après son installation à l'île.
 

Pierre Labrecque, dieppois, rencontra un jour Gabrielle Barré, la servante de Marie Couillard, épouse de François Bissot, sieur de La Rivière. Le 11 novembre 1658, Pierre et Gabrielle étaient chez le notaire Audouart pour approbation de leur contrat de mariage. Les noces furent annulées. Gabrielle Barré, fille de Jacques et de Judith Dubaut de Saint-Nicolas de La Rochelle, continua de prêter ses services à la famille Bissot. Par la suite, Guillaume Landry fit la connaissance de Gabrielle. A la maison de Bissot, les deux amoureux se réunirent, devant le notaire Audouart, avec leurs amis: Marie Couillard, une cousine Marguerite Aubert, femme de Martin Grouvel, le marchand Mathurin Morisset, le percheron Jacques Lehoux de Beauport et son fils Jean, maître-charpentier, l'ami et voisin Robert Gagnon et un maître-cordonnier Charles Achapt originaire de La Rochelle. Presque tout ce beau monde signa la convention matrimoniale à l'exception des futurs conjoints, le 24 août 1659.
 

Le 14 octobre suivant, l'abbé Jean Torquapel, arrivé depuis quelques mois à Québec et nommé premier curé de la paroisse Notre-Dame, bénit le mariage de Guillaume et de Gabrielle. Robert Gagnon, Jacques Perrot dit Villedaigre, François Becquet, neveu de François Bissot, et Charles Achapt assistaient à la cérémonie comme sympathiques témoins.
 

Après le contrat de mariage de Guillaume Landry et de Gabrielle Barré, le ciel devint sombre, un instant. Pierre Labrecque rencontra Guillaume Landry. Y eut-il des mots aigres-doux?... Labrecque exigea cinquante livres tournois en dommages causés. Guillaume, qui aimait Gabrielle, promit devant notaire le 21 septembre 1659 de verser la somme demandée. Pierre Labrecque n'était pas là pour la signature du contrat. Il avait envoyé son procureur Jean-Paul Maheu...

Le quotidien
Guillaume retroussa ses manches de chemise et se mit au travail, jour après jour, tout bonnement, pendant trente ans.
 

L'année 1666 nous apprend du nouveau. Jean Desavis, Denanis, Avice ou Avisse, selon les différents documents, avait obtenu une terre à l'île d'Orléans, le 4 décembre 1662. Jean délaissa son bien au profit de Guillaume Landry, un proche parent, semble-t-il, on ne sait quand ni pourquoi. Le 11 juin 1666, Guillaume revend cette propriété avec cabane à Mathurin Chabot, pour cinquante livres tournois. Ces deux arpents de front de terre, côté nord, étaient situés près de la ferme de Mathieu Côté. Ce Jean Desavis demeura à la basse-ville de Québec. Nous savons aussi que Denis Desavis, originaire de Saint-Martin de Rouen comme Jean, avait épousé Jeanne Crevier avant 1665. La veuve Crevier vint au Canada; elle épousa Vincent Brunet en 1681. Comme aujourd'hui les parents se rassemblaient, même dans les migrations.
 

Au recensement de 1667, Guillaume Landry, 40 ans, et sa femme, 25 ans, possèdent quinze arpents de terre en culture. Quatorze ans plus tard, 1681, la famille Landry présente un cheptel vif de quatre ruminants seulement, sans augmentation de son étendue de terre défrichée. Mais la petite famille grandissait et volerait bientôt de ses propres ailes.

Trois fleurs, deux tiges
Les époux Landry mirent trois enfants au monde: Marguerite, Claude et Barthélemi. De ces trois fleurs, deux seules eurent la chance de s'épanouir jusqu'à un âge avancé et de se propager.
 

Le cadet Barthélemi, né le 12 avril 1666, fut baptisé le même jour par le missionnaire Thomas Morel,, devant Marguerite Drugeon, l'épouse de Jean Lehoux, et Pierre Loignon. Ce Barthélemi possède l'honneur d'être le premier de la liste des baptisés inscrits dans le registre de Ste-Famille. Barthélemi grandit normalement. Le 17 août 1688, il assiste au mariage de son frère Claude. Deux mois plus tard, victime d'un accident ou d'une épidémie, il meurt à l'âge de vingt-deux ans. Le curé François Lamy présida les funérailles, le 13 octobre 1688, à Ste-Famille, devant Robert Emond, 17 ans, et Pierre Arrivé, 17 ans également, fils de Jean et de Jeanne Barbereau.
 

L'aînée Marguerite naquit vers 1660, l'année où ses père et mère recevaient le sacrement de confirmation des mains de mgr de Laval, à Château-Richer, le jour de la Chandeleur. Cette Marguerite s'épanouit bien vite puisque, le 26 novembre 1672, elle épousait Esprit Carbonneau dit Provencal, fils d'Antoine et de Marguerite Petit. Cet ancêtre Carbonneau venait d'Apt en Provence. Dix enfants Carbonneau, tous baptisés à Ste-Famille, servirent de couronne à ce foyer bien vivant. A la troisième génération, il y avait au moins soixante-trois petits-enfants descendant de Marguerite Landry.
 

Claude Landry reçut le don de la vie, le 22 juin 1662, à Ste-Famille. Ce n'est que le 20 juillet suivant que l'abbé Thomas Morel baptisa le bambin devant Claude Guyon, époux de Catherine Colin, et Marie Paradis, femme de Guillaume Banché. Claude grandit face au fleuve qu'il aimait. A l'âge de vingt-quatre ans, le 11 mars 1686, il s'engage «aux MM. de la Cie du Nord, pour faire voyage à partir de Québec à aller à Montréal et de là à Temiscamingues, Abittiby et jusqu'au fond de la baye du Nord, pour porter des vivres et rapporter des pelleteries». L'année suivante, le 12 janvier 1687, devant le même notaire Rageot à Québec, Claude, matelot, habitant de la Ste-Famille, accepte un engagement »à la Cie du Nord, pour faire voyage dans tel bâtiment qu'il plaira à la dite Cie, avec le capitaine Maron, pilote de bâtiment», dont l'identité nous échappe.
 

Enfin, Claude délaissa la mer pour s'occuper des choses du coeur. Le mardi 17 août 1688, Claude et Angélique Vérieul ou Veilleux, fille de l'ancêtre Nicolas, s'unirent pour la vie par les liens sacrés du mariage, à Ste-Famille. Le couple donna à l'île d'Orléans treize sujets dont neuf au moins contractèrent mariage et firent pousser soixante-dix-huit branches nouvelles sur le tronc de l'arbre Barré-Veilleux-Landry. Les petits-enfants Landry étaient plus actifs que leur grand-père. Le 20 novembre 1729, le gouvernement émet une ordonnance qui défend à Charles Landry et à Claude son frère, habitants de St-François de l'île, de tenir cabaret et de vendre des vins et eaux-de-vie...
 

L'on sait que, le 5 février 1709, une ordonnance émanant de la même autorité avait condamné Claude Landry, sénior, à nettoyer un arpent de terre pour David Létourneau, après les semences, pour le rembourser du blé et de la farine qu'il lui a fournis.
 

Claude Landry vécut jusqu'à un âge avancé. Il fut inhumé en 1748.
 

Une génération disparaît
L'année 1688 en fut une d'épreuve pour les Landry. Le 4 juillet, Gabrielle Barré, soixante ans d'âge, était inhumée à Ste-Famille. Au mois d'octobre, Barthélemi partait à son tour. Le 27 octobre, l'ancêtre Guillaume, abasourdi par cette double épreuve de taille, décide de se donner corps et biens à ses deux enfants restants. Sa fille Marguerite aura la moitié est de la ferme paternelle; Claude, l'autre partie. Cependant, Guillaume se réserve l'usufruit de tous ses biens nécessaires à sa subsistance tant «sain que malade», jusqu'à sa mort, qui ne tardera pas à survenir. Dès le 8 janvier 1689 l'ancêtre Landry allait rejoindre les siens en Paradis. Il avait soixante-trois ans d'âge et de mérite. Une première génération venait de disparaître.
 

Parmi les descendants de marque de l'ancêtre Guillaume Landry, signalons la présence parmi nous de M. Roger-D. Landry, onzième génération, fils de Charlemagne Landry et de Mabel Desgroseilliers, de Montréal. M. Roger Landry retient l'attention comme un homme aux talents multiples et flamboyants. Il est présentement Président directeur général de l'entreprise LA PRESSE et aussi son éditeur.

L'Honorable Bernard Landry, ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur, est de souche acadienne.
 

 

BIBLIOGRAPHIE
 

Greffe Audouart, 24 août 1659; 21 septembre 1659. Greffe Badeau, 2 avril 1656.
Greffe Chambalon, 1 août 1694.
Greffe Rageot, 11 mars 1686; 12 janvier 1687. Greffe Vachon, 11 juin 1666; 27 octobre 1688.
Gariépy, Raymond, Les Seigneuries de Beaupré et de File d'Orléans dans leurs débuts (1974 ), pp. 13-19.
Godbout, Archange, Origines des Familles canadiennes-françaises (1925), pp. 183, 202; Les Pionniers de la région trifluvienne 1634-1647 (1934), p. 42.
Jetté, René, Dictionnaire Généalogique des Familles du Québec (1983), p. 643.
Lafontaine, André, Recensement annoté de la Nouvelle-France 1681 (1981), p. 248.
Létourneau, Raymond, Sainte-Famille, l'Aînée de l'île d'Orléans (1984), pp. 61, 69, 80-90.
Roy, Léon, Les Terres de l'île d'Orléans (édition revue et augmentée par Raymond Gariépy, 1978 ), pp. 40, 85, 88-90, 102, 349, 372, 384.
Roy, Pierre-Georges, Inventaire des Ordonnances des Intendants de la Nouvelle-France (1919), vol. 1, p. 71; vol. 2, p. 42.
Tremblay, Jean-Paul, La Tremblaye millénaire (1975), vol. 1, p. 119; Le Perche des Aïeux (1979), p. 32.
Trudel, Marcel, Catalogue des immigrants 1632-1662 (1983), pp. 119, 325, 376; Le Terrier du Saint-Laurent en 1663 (1973 ), pp. 60, 540.
Biographies Canadiennes-Françaises, Who's Who in Quebec, 28e édition (1981-1982 ), pp. 242-245. Notices biographiques de l'Honorable
Mémoires de la Société Généalogique Canadienne-Française, vol. 3, pp. 176-178; vol. 6, pp. 33-39; vol. 18, pp. 56, 74, 83; vol. 23, p. 24.
PRDH, vol. 7, au mot Landry, etc.
Rapport des Archives de la Province de Québec, vol. 53, pp. 168, 215-217.
 

 

Référence : Gérard Lebel, Nos Ancêtres, Volume 11, Sainte-Anne-de-Beaupré 1986, Page 85 à 93

BIOGRAPHIE D'ANCÊTRES

PIERRE BROUILLET DIT LAVIOLETTE -- PIERRE-CORENTIN DENIS DIT QUIMPER - PIERRE DUCHESNE DIT LAPIERRE - ABRAHAM FISET - ANTOINE FORTIER -o JACQUES GAUTHIER - LAURENT GIRARDEAU - JACQUES GOULET - JACOB HENKEL - GUILLAUME LANDRY - RENÉ LAVOIE - NICOLAS LEBLOND - JACQUES LUSSIER - PIERRE MONGEAU - OLIVIER MOREL DDE LA DURANTAYE - JEAN MORISSET - FRANÇOIS PAMPALON DIT LABRANCHE - MICHEL SAINDON.

 

Note de mwl.


Mathurin Landry, père de Guillaume et époux de Damiane Desavis, est venu seul au Canada en 1643 et est retourné en France. Selon mes informations il n'y a aucun Desavis qui est venu s'installé au Canada. Même à ce jour il n'y a aucune famille du nom de Desavis habitant le Canada.
 
Le texte ci-haut est de la publication de Gérard Lebel dans son livre Nos Ancêtres, Volume 11. À ce jour il n'y a pas d'information sûre qui permet de lier les gens qu'il mentionne à la famille Desavis.
 
À ma connaissance il s'agit de Jean Avice né vers 1641 habitant la basse ville de Québec au recensement de 1681. On ne lui connaît pas de mariage. Il y a également Denis Avice qui est originaire de St-Martin de Rouen qui a épousé Jeanne Crevier vers 1666 en France. Il est décédé à la mi-janvier de 1679 à l'île d'Orléans. Il est possible que Denis et Jean soient parents. Il y a présentement six familles Avice et quatre familles Avis au Québec. Source principale Jetté, René. Dictionnaire généalogique des familles du Québec. Des origines à 1730. Montréal, 1983.

septembre 2008.
 

 

 

 

Dans la Collection «NOS ANCÊTRES»

VOLUME I: AUDET DIT LAPOINTE - BÉRUBÉ - BLAIS - BLANCHET - COUTURE - DEBLOIS - DIONNE DIT SANSOUCY-FORTIN DIT BELLEFONTAINE-GAGNON-LACASSE- LAVERGNE -- LEROY - LESSARD - LÉVESQUE - PAQUIN - PARADIS - PILOTE- POTHIER - RHÉAUME - RONDEAU - SAVARD - TRUTEAU - VACHON - VEILLEUX.

VOLUME I: BÉDARD - BOLDUC - CHOUINARD - DAIGLE - DESGAGNÉS - DROUIN - GARNIER - GAUTHIER DIT LAROUCHE - GERVAISE - GIGUÈRE - LABBÉ - LECLERC - LEMAY - LEPAGE - MICHAUD - MOISAN - PELCHAT - PERROT - PHANEUF - POULIOT' - RIOUX - ROUDIER DIT SAINTONGE - TURCAULT.

VOLUME III: ALLARD - BAUCHÉ DIT MORENCY - BOUCHARD - CAMPAGNA - CHARLES DIT LAJEUNESSE - CRÊTE - DAGENAIS --DUGUAY - GRAVEL - GUÉRET DIT DUMONT - LALONDE - LEGENDRE - LÉRIGÉ DIT LAPLANTE - LEROY DIT AUDY - LÉTOURNEAU - LEVASSEUR - MARCOTTE - MERCIER - PARROT'- PASQUIER DIT LAVALLÉE - PLAMONDON - PROU - QUENTIN DIT LAFONTAINE -- TREMBLAY.

VOLUME IV: AUBUCHON DIT LE LOYAL - BARIL .- BIRON - BOUCHER - CAPEL - CHAMPOU DIT JOLICOEUR - COSSET- DUBÉ - DUCLOS - GARNIER DIT PELLERIN - GOUIN - HÉROU DIT BOURGAINVILLE-LECLERC-LEFEBVRE DIT BOULANGER-LE MAISTRE DIT LA MORILLE ET LE PICARD - LE MARCHAND - MASSÉ DIT BEAUMIER - PÉPIN - PERROT - PINARD - RIGAUD (LES SOEURS) - TERRIEN DU PONCEAU.

VOLUME V: BARIBEAU - BESLAND (BÉLAND) - BLOUF (PLOUFFE) - CLOUTIER - DUPONTFRIGON - HAMEL - JOUINEAU (JUNEAU) - LEFEBVRE DANGERS - LESIEUR DE LA PIERRE - MASSICOT (MASSICOTTE) - NORMANDIN - PAYAN DIT SAINTONGE - PÉPIN DIT TRANCHEMONTAGNE - PERROT DIT LAGORGE -- PROVENCHER - RIVARD DE LA VIGNE - SICARD DE CARUFEL - TREPAGNY (TRÉPANIER) - VACHER DIT LASERTE.

VOLUME VI: BÉLANGER - BOUCHER - BOURBAUT - CARON - COTÉ - DE NEVERS DIT BRANTIGNY-DIZY DIT MONTPLAISIR-GODEFROY-- HAYOT (AYOTTE) - LAFOND-LECLERC -LEFEBVRE- LEMIRE-LEPELÉ DIT LAHAYE-MAILLOT DIT LAVIOLETTE-MARTINEAU DIT SAINTONGE - POISSON - RIVARD DIT LORANGER - TESSIER DIT MARINGOUIN - VANASSE.

VOLUME VII: BAUDOUIN - BOISSONNEAU DIT SAINTONGE - CREVIER DIT LAMESLÉE - DESHAYES-DESSUREAUX DIT LE BOURGUIGNON-DOYON- DUTAUD- FAFARD- GUILLET DIT LAJEUNESSE - HAMELIN - HOUDE - JOUBIN DIT BOISVERT- LEFEBVRE DIT IA, TAILLE - LEPELÉ DIT DESMARETS-LIMOUSIN DIT BEAUFORT-MILLET DIT MARANDAIS -PÉPIN DIT LACHANCE - RAOUL - TOUSIGNANT DIT lAPOINTE - TROTTIER.

VOLUME VII: BARON DIT LUPIEN-BERTRAND DIT SAINT-ARNAUD-BISSON BOURASSEAU - BRUNSARD DIT LANGEVIN-CARPENTIER DIT LAROSE - COMEAU - DE BILLY- DE COTRET - DUBORD DIT LAFONTAINE - GELLINEAU (GÉLINAS) -, HUDON DIT BEAULIEU - LAMY - LASPRON DIT LACHARITÉ - LEFEBVRE DIT LA GROYE - LEVASSEUR - PAGÉ DE QUERCY - RIQUART (RICARD) - TOUPIN - TRUDEL.

VOLUME IX: ALLAIN -- BROCHU DIT LAFONTAINE - DUBOIS DIT LAFRANCE - DUCHESNEAU DIT SANSREGRET - GAUTHIER - GOSSELIN - GUAY -• GUILLEMET - GUY - HARRISON - LAFOREST DIT LABRANCHE - LE BRODEUR DIT DE LA VIGNE -- LEHOUX - L'HÉRAULT DIT L'HEUREUX - MARSAN DIT LAPIERRE - MIGNERON DIT LAJEUNESSE - OUELLET - PARÉ - RINFRET DIT LE MALOUIN - SIMARD DIT LOMBRETTE.

VOLUME X: ALLAIRE-BONNEAU DIT LABÉCASSE-BOUCHER BUSSIÈRES DIT LAVERDURE - CHARBONNEAU - CHOLET DIT LAVIOLETTE - DÉCARIE DIT LEHOUX - DUPONT - FRÉCHETTE - GAUTRON DIT LAROCHELLE - GUÉRIN DIT SAINT-HILAIRE - MIGNAULT DIT LABRIE - PATRY - PLOURDE - ROUSSEAU - SOUCY DIT LAVIGNE -TALBOT DIT GERVAIS - VAILLANCOURT - VERREAULT DIT LEBOURGUIGNON.

VOLUME XI: BROUILLET DIT LAVIOLETTE- DENIS DIT QUIMPER - DUCHESNE DIT LAPIERRE -FISET -FORTIER - GAUTHIER - GIRARDEAU - GOULET- HENCKEL -- LANDRY - LAVOIE - LEBLOND- LUSSIER - MONGEAU - MOREL DE LA DURANTAYE - MORISSET- PAMPALON DIT LABRANCHE - SAINDON.

VOLUME XII: AUCIAIR - BEAUMONT - BESSET DIT BRISETOUT-BOUFFARD-BOUTIN DIT LAPLANTE-CAOUET -CAUCHON DIT LAVERDIÉRE- CHENAY DIT LAGARENE-DELAMARRE DIT GABION - DUBEAU - ÉLIE DIT BRETON - GAGNÉ - MARCEAU - MATTE - MOREL - PÉLADEAU DIT SAINT-JEAN - POULIN - VEAU DIT SYLVAIN - VÉZINA.

VOLUME XIII: BALAN DIT LACOMBE- BEAUDRY DIT LAMARCHE- BILLAUDEAU-BISSONNET - BOUCHART D'ORVAL-DUBOIS DIT BRISEBOIS-FAUCHER DIT SAINT-MAURICE -GARNIER -GENDREAU DIT LA POUSSIÈRE- MERCURE DIT VILLENOUVELLE-PICHER DIT LAMUSETTE - ROUSSEAU.

VOLUME XIV: BARRETTE - BOILY - BOURGET - BOUTET DIT LEBOEUF - BROUARD - COULOMBE-DANCAUSE - DUFOUR - ÉMOND - GAUTHIER DIT LANDREVILLE - GOBEIL - GUIMOND - LABELLE - (AMOUREUX - PIET DIT TREMPE - ROBITAILLE - SIMONEAU DIT SANSCHAGRIN - THIBAULT.

VOLUME XV: BACON - BLOUIN DIT LAVIOLETTE - BOULAY - BRUNET DIT BOURBONNAIS - CLICHE - FERLAND - GAUDREAU - GIRARD - GRENON - HÉBERT DIT LECOMTE-JONCAS DIT LAPIERRE - LABERGE - LAURENCE - PELLETIER - POULIN -- TOUPIN DIT DUSAULTVANDAL.

VOLUME XVI: AUBIN - BACQUET DIT LAMONTAGNE - BÉGIN - BENOIT DIT LIVERNOIS - BONHOMME DIT BEAUPRÉ - CHAILLÉ - DELISLE - ÉMERY DIT CODERRE -- GARAND - GENEST DIT LABARRE - GUILBAULT - HINSE - HOTTE - LEBEL - MIGNIER DIT (AGACÉ - MORIN - PHOCAS DIT RAYMOND - TÉTREAU.

VOLUME XVII: BRASSARD - CHRÉTIEN DIT LEBRUN - COCHON (CAUCHON) CROTEAU - GRIMARD ET MORAN - JUGNAC (GIGNAC) - LANGLOIS - MARTEL DIT LAMONTAGNE - MATHIEU - MOREAU - RICHER DIT LAFLÈCHE - TURCOT ET LUCAS DIT LESPINE.

VOLUME XVIII: ALBERT - ANCTIL DIT SAINT-JEAN - BEAUDET - BLUTEAU - BOIS DIT LABAGUETTE - CHANDONNET DIT LÉVEILLÉ - CHEVAL DIT SAINT-JACQUES - DRAPEAU - HERVÉ - LABOURLIÈRE DIT LAPLANTE - LABRECQUE - LEFRANÇOIS -- LIONEL - NADEAU DIT LAVIGNE - POITEVIN DIT LAVIOLETTE - POITRAS - THÉBERGE --THOMASSIN.

VOLUMEXIX: ALLARD-ARCHAMBAULT-BEAUDRY-BOIVIN-CARPENTIER-CORBEIL DIT TRANCHEMONTAGNE - COTINEAU DIT LAURIER - FISSIAU DIT LARAMÉE - GRONDIN - JULIEN - LAUZÉ DIT MATHA - LETENDRE DIT LALIBERTÉ - MAGUET - MÉNARD DIT DÉSLAURIERS- NOËL- PARENT - ROUILLARD DIT LARIVIÈRE.

VOLUME XX: BINET - BLAIN - BRABANT DIT LAMOTHE - BUTEAU - CRÉPEAU - DECELLE DIT DUCLOS - FILION - FILTEAU -JETTÉ - LEDOUX DIT LADOUCEUR - LEPAGE - MARION DIT LAFONTAINE - OTIS DIT LANGLAIS - DE SAINT-PIERRE - SIROIS DIT DUPLESSIS - THÉROUX DIT LAFERTÉ - TOUCHET - VALLÉE.

VOLUME XXI: ADAM - BAUDON DIT LARIVIÈRE - BLONDEAU - BOUGRET DIT DUFORT - COURTEAU - DAMOUR - DEBIEN - FALARDEAU - GAUDREAU - GIROUX - JACQUES - LEBLANC - LORRAIN DIT LACHAPELLE - PAGÉSI DIT SAINT-AMAND - PAYER - PLANTE - RICHARD.

VOLUME XXII: BÉLANGER DIT CATHERINE - BIGUÉ DIT NOBERT ET LESPINE - DANIAU (DANEAU) -- DENIS DIT LAPIERRE - DESFORGES DIT SAINT-MAURICE - DESRANLOT DIT CHÀTEAUNEUF - GAGNON - GINGRAS - HUOT- JANVIER - PETIT DIT MILHOMME - PROU - RICHER ET VERDON.

VOLUME XXIII: BERNIER. DIT JEAN DE PARIS - BROSSEAU-DROLET-FAUTEUX-FRASER - GARTÉPY - GROLEAU - HALLÉ --JEAN -JOURNEAU - MAHEU, SIEUR DES HAZARDS - MARQUIS - MIGNAULT, DIT CHÂTILLON - QUÉMENEUR. DIT LAFLAMME - RANCOURT - SÉDILLOT, DIT MONTREUIL - SÉVIGNY, DIT LAFLEUR - TARDIF - THIBAULT.

VOLUME XXIV: BERNARD - CHABOT-- CHARET - DUBREUIL - GARNEAU - GERBERT. DIT LAFONTAINE - HUNAULT DIT DESCHAMPS - LACROIX - LAUZON - LEMIEUX - LIZOT - MICHE, DIT TAILLON - NAU - OUIMET - ROSS - SIMON, DIT LÉONARD - TASCHEREAU - VALLIÈRE.

VOLUME XXV: ASSELIN - BORDELEAU, DIT LAFOREST- COUILLARD - DEFOY -- DEMERS - DURAND, DIT DESMARCHAIS- DUROCHER - FLINN - FRENET- GENDRON, DIT LAFONTAINE - GODBOUT - GODIN - GUYON - LEGAULT, DIT DESLAURIERS - MAUFAY - PHILIPPE. DIT BEAULIEU ET LEBEL- SÉGUIN, DIT LADÉROUTE -VERRET, DIT LAVERDURE-VIGNAULT, DIT LAVERDURE.

VOLUME XXVI: AMIOT- BRIÈRE - CHARLEBOIS, DIT JOLIBOIS ET JOLY-CHRÉTIEN - DORÉ - FRADET - GAULIN - GIRARD - HAYET, DIT MALO - HUARD - JOBIDON - JOBIN - LAMBERT - LÉGARÉ - MALLET - MARTIN - NADON. DIT LÉTOURNEAU - PERRAULT. DIT VILLEDAIGRE - ROSE, DIT LAROSE-TANGUAY. DIT LANAVETTE-VALIQUET DIT LAVERDURE.

VOLUME XXVII: BENOIST. DIT LAFOREST-BOUCHARD-FOURNIER-LETARD, DIT SAINTONGE - MIVILLE, DIT LE SUISSE- MOREAU. DIT LA GRANGE- RACINE - ROULEAU. DIT SANSSOUCY - SAINT-YVES.

VOLUME XXVIII: BAILLARGEON CHALIFOUR - CORRIVEAU - DAMOURS - DANDURAND, DIT MARCHÂTERRE - DUMAS - FORGET, DIT DESPATIS - GALARNEAU - GODBOUT - JOHNSON - LAINÉ, DIT LALIBERTÉ - LECLERC, DIT FRANCOEUR - LEDUC - LEMELIN DIT TOURANGEAU -MILOT DIT LEBOURGUIGNON - NADON, DIT LÉTOURNEAU - PATENOSTRE -RASSET - SAMSON - TURGEON.

VOLUME XXIX: BERNIER DE NIORT- BOILARD - CAMPEAU - CASAUBON - CHARLAND DIT FRANCOEUR - CHASSÉ - ÉTHIER - GAMACHE - GOURDEL DE LONGCHAMP - HUOT DIT SAINT-LAURENT- LANGELIER - LARRIVÉ -- MAILLOUX DIT DESMOULINS - MARTINEAU - MÉTIVIER - RATTÉ - ROBERGE DIT LACROIX.- ROCHON - THERRIEN.

VOLUME XXX: CARLES DIT LALANCETTE - DUPUIS DIT JOLICOEUR - PERRON - FROMENT - GUÉNET- MÉTAYER DIT SAINTONGE - VALLÉE - VENET (LOISEL).

En vente à: Revue Sainte Anne de Beaupré, C.P. 1000. Sainte-Anne-de-Beaupré, Québec. GOA 3C0, Canada.

 

 

 

 

Marcel Walter Landry - Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez moi un courriel.

Dernière modification : mardi 15 octobre 2013