Accueil
Remonter

REMONTER

Pierre Louis Lapointe
La vallée assiégée. Buckingham et la Basse-Lièvre sous les MacLaren, 1895-1945

 

 


Page 135

BUREAU DE DIRECTION DE L’'UNION SAINT-JOSEPH DE BUCKINGHAM EN SEPTEMBRE 1900

 

Révérend François Michel (aumônier)                          Yvon Lamontagne (président)

Honoré Cadieux (premier vice-président)                                F.-X. Hamelin (deuxième vice-président)

J.-L. Brulé (secrétaire)                                                 Alexandre Rodrigue (trésorier)

M.-A. Ménard (receveur)                                               Thomas Carrière (visiteur)

Jos Latour (visiteur)                                                       Trefflé Raby (commissaire ordonnateur)

Jos Gagnon (commissaire ordonnateur)                         Georges Gaudry (censeur) Jos Landry (censeur) 26

Jos Landry (censeur)

 

Page 136
La plupart des ouvriers de la MacLaren sont membres actifs de l'Union Saint-Joseph et de l'Union internationale des ouvriers: des Landry, Carrière, Godmaire et Gauthier se retrouvent au sein des deux organismes. Joseph Latour, membre du bureau de direction de l'Union en 1900, est également membre du bureau de direction du syndicat en 1906. Edmond Matte, secrétaire de l'Union en 1905, est élu président du syndicat en juillet 1906; Eugène Paquette, Louis Gervais et Adélard Giroux, qui siègent également au bureau de direction de l'Union en 1905, font partie du comité d'arbitrage et d'organisation du syndicat. Yvon Lamontagne et Alexandre Rodrigue, qui jouent un rôle de premier plan dans l'Union Saint-Joseph, sont nettement sympathiques à la cause des syndicalistes. En 1908, Léonard Pagé, secrétaire-trésorier du syndicat en 1906, entretient toujours des liens avec l'Union Saint-Joseph dont il reçoit la charte le 21 septembre 28.
 

Page 142

Photo de l'exécutif syndical

L'exécutif syndical de l'Union internationale des ouvriers de Buckingham en 1906. Cette photographie, prise vraisemblablement par Rodolphe Léger vers la fin du mois d'août 1906, circule sous forme de carte postale avec l'intitulé anglais Fair Wage Fighters '. Le groupe est rassemblé à l'extrémité nord-est de la grande véranda de la maison de l'avocat Yvon Lamontagne. Au fond, à droite, on distingue à peine le garde-fou du pont qui enjambe alors le ravin qui traverse en diagonale le tracé de la rue Principale. Assis, au centre de la photo, Thomas Bélanger, président; assis par terre à gauche de Bélanger, Louis Landry et, à droite, Léonard Pagé; derrière lui, Jean-Baptiste Clément; en haut, adossé au poteau de la galerie, Yvon Lamontagne; debout, devant Lamontagne. Adélard Hamelin, et à gauche de ce dernier, Louis Gervais; en plein centre, derrière Gervais et Hamelin, François Thériault.
Photographe: Rodolphe LÉGER. Collection Pierre Louis Lapointe. Publiée dans le Ottawa Evening Journal, 25 octobre 1906, p. 1.

 

Page 143

DIRIGEANTS DE L'UNION DES OUVRIERS DE BUCKINGHAM ÉLUS LE 29 JUILLET 1906

Président Edmond Matte
1er vice-président Thomas Bélanger
2e vice-président Jean-Baptiste Clément
Secrétaire-archiviste François Thériault
Secrétaire financier Léonard Pagé
Trésorier Thomas Lamontagne
Auditeurs Edmond Carrière, Joseph Latour et Louis Lachapelle
Syndics Eusèbe Lafleur, Xavier Bastien et Paul Proulx
Député J ames Feuneld
Organisateur Théodore Filiatrault
Gardien Napoléon Clément

Comité d'arbitrage et d'organisation : Thomas Paquin, Louis Gervais, Adélard Hamelin, Eugène Paquette, Joseph Lafleur, John McLeod, Stanislas Villeneuve, Albert Godmair et Adélard Giroux 56.

 

 

Pages 171-172

Il est environ 14 heures. Entre 100 et 200 hommes marchent en rangs serrés vers le Landing. À bonne distance de la colonne de syndicalistes dirigée par Thomas Bélanger, Hilaire Charrette, Jean-Baptiste Clément et les autres membres du comité exécutif unioniste, suit une charrette conduite par Louis Landry, dans laquelle sont cachés des fusils destinés à faire peur aux scabs, selon le témoignage de quelques syndicalistes'. Selon Landry, épicier de métier, ces fusils de chasse se sont retrouvés dans sa voiture « Par pur hasard... Je m'en allais seul avec mon frère, par la rue Principale... Les grévistes me rencontrant, me demandèrent d'amener 4 ou 5 fusils dans ma voiture... 10».
Craignant d'avoir des ennuis, il refuse, mais Thomas Bélanger l'aurait ainsi rassuré: o Ne crains rien, nous ne nous servirons pas de ces fusils, notre seul désir est d'effrayer les constables". » D'après Landry, « ces fusils n'étaient pas chargés. Il n'y avait pas de plomb, de balles, ni de poudre dans ma voiture et je jure que ces fusils ne sont pas sortis de ma voiture pendant toute l'émeute 12 ». Selon le fils de C. W. Pearson, c'est à la hauteur de l'hôtel Alexandra, située en face de leur résidence, que le docteur Alexandre Rodrigue monte à bord du véhicule 13. Il ignore que des armes y ont été cachées. D'après un autre témoin: « Ils n'étaient pas chargés et c'étaient d'anciens fusils à plomb sans capsule. »

 

Page 176

Le choeur de chant de la paroisse Saint-Grégoire-de-Nazianze de Buckingham, vers 1911. La présence d'Alexina Landry, soeur de Louis Landry, et d'Elzéar Malette au sein du groupe, permet de dater la photographie. En 1901, Alexina avait 13 ans tandis qu'Elzéar en avait 9 ; en 1911, date approximative du cliché, elle aurait eu 23 ans et lui 20 ans, ce qui nous apparaît fort crédible. Jugez par vous-même. Alexina est assise au centre du groupe; Elzéar, troisième à par-tir de la droite dans la première rangée, a un genou posé par terre. Derrière Alexina, au centre, la figure déterminée du maître de chant, Adélard Giroux.
Photographe inconnu. Collection Pierre Louis Lapointe

 

Pages 176-177
Lettre adressée à la veuve de Thomas Bélanger par les membres du choeur de chant de la paroisse Saint-Grégoire-de-Nazianze de Buckingham, le 12 octobre 1906. Thomas est, de son vivant, l'un des membres les plus actifs du choeur de chant. Collection Pierre Louis Lapointe.

Ceux qui signent cette lettre de condoléances aux accents d'un bouquet spirituel » sont liés de près à l'Union Saint-Joseph et à l'Union internationale des ouvriers de Buckingham ou apparentés à ceux qui en font partie. Il s'agit de : Mathias Ladouceur, George Gaudry, E.-A. Tourangeau, Jules Joanisse, J.-M. Parent,
Louis Landry, Ad. Soucy, J. Doré, Jos. Portelance, F. Beaune, J.-M. Carrière, Léodas Daoust, Léonard Daoust, F. Malette, Alexina Landry (organiste) et Adélard Giroux (maître de chapelle) 40. Les noms de quatre d'entre eux au moins apparaissent sur la liste noire: il s'agit de A. Giroux, G. Gaudry, A. Soucy et L. Landry.

 

Page 200

LES ENQUÊTES PRÉLIMINAIRES
....
Finalement, le 5 décembre 1906, Adélard Hamelin, Hilaire Charette, Louis Landry, Jean-Baptiste Clément, Colbert Bastien et Georges Robinson Croteau sont condamnés à subir leur procès aux assises criminelles du mois de mars 1907 pour homicide involontaire sur la personne du détective Warner et pour leur participation à une émeute 47. Le 13 décembre, Alexander MacLaren, Frank Kiernan, J. C. Cummings, I. J. Thompson, Pierre Picard, William MacMannus, Joseph Lalonde, Joseph Delorme, Roy Ingram et Albert Lyatt sont envoyés à leur procès pour homicide involontaire de Bélanger et de Thériault, tandis que le docteur Alexandre ...

 

 

Page 206

Ce dernier fixe la comparution des unionistes et du docteur Rodrigue au 19 avril 1907. Il ordonne alors leur remise en liberté moyennant un cautionnement de deux cents dollars chacun, ce qui provoque la colère de C. J. Brooke: « Je n'ai pas été averti à temps de ce qui se passait et lorsque je suis arrivé à la salle d'audience, tout était terminé. Si j'avais été là, j'aurais certainement exigé une caution beaucoup plus élevée.

Les « écrous » de la prison de Hull, dans lesquels figurent leurs noms et leurs caractéristiques démographiques et sociales, méritent d'être citées  :

Nom Occupation, Lieu de résidence, Âge, Religion, État civil, Éducation
Adélard Hamelin Labourer Buckingham 27 C. R. Marié Lit et écrit imparfaitement
Louis Landry Merchant Buckingham 27 C. R. Marié Lit et écrit imparfaitement
Geo. R. Croteau Labourer Buckingham 52 C. R. Marié Analphabète
Hilaire Charrette Labourer Buckingham 44 C. R. Marié Analphabète
J.-Bte Clément Labourer Buckingham 46 C. R. Marié Lit et écrit imparfaitement
Colbert Bastien Labourer Buckingham 45 C. R. Marié Analphabète
Alex. Rodrigue Médecin Buckingham 37 C. R. Marié Supérieure

 

Page 208

Le juge Talbot préside le procès intenté aux syndicalistes du 8 au 19 novembre 1907 au Palais de justice de Hull. H.-A. Goyette et Yvon Lamontagne agissent pour la défense, tandis que C. J. Brooke et Charles A. Wilson représentent la couronne. Parmi les témoins qui sont appelés à la barre, quarante-neuf sont anglophones et quarante-trois, francophones 90. Les rares anglophones qui témoignent pour la défense sont pour la plupart Irlandais catholiques. Il s'agit d'Edward F. Gorman, Thomas Coleman, William Ackert, Albert McFall et Alexander Cunningham. Il en est de même pour ceux qui sont appelés par la défense afin de « réfuter » certains témoignages de la couronne. Il s'agit de J. H. Cameron, James F. McAndrew, John MacDonald, George French et Patrick Gorman.

Les six accusés — Louis Landry, Colbert Bastien, George Robinson Croteau, Adélard Hamelin, Hilaire Charette et Jean-Baptiste Clément — sont condamnés à deux mois de prison pour avoir participé à une émeute.
 

 

Page 212

 

Sortie de prison. Cinq des six unionistes condamnés à deux mois de prison pour avoir participé à une émeute sont photographiés à leur sortie de la prison de Hull. Le samedi 25 janvier 1908, un banquet en leur honneur est donné à l'Hôtel Alexandra (Le Temps, 27 janvier 1908, p. 5). A l'avant-plan, les deux gardiens de prison; derrière, de gauche à droite, Georges Robinson Croteau (?), Jean-Baptiste Clément, Adélard Hamelin, Colbert Bastien et Louis Landry.
Photographe inconnu. Collection Pierre Louis Lapointe.

 

Pages 215-216

Le Temps, 9 novembre 1907, p. 6, et 19 novembre 1907. p. 6: aussi, BANQ-Q, E17, 1960-01-036/244, dossier n -120 de 1907, rapport du sténographe officiel Anthime Pépin. 2-novembre 1907 et rapport du sténographe officiel Bernatd Mullin, 3 décembre 1907. Les francophones invités a témoigner pour la couronne sont le docteur Sicard. Joseph Delorme. Pierre Picard, Elizabeth Zéarn, Damase Roy. Mademoiselle Beaudry, Damase Bourassa, Joseph Lande. Ferdinand Comtois, Hermas Desjardins, Georges Paqûét. David Roi-, le Grand constable Groulx et George Metcier. Ceux qui sont appelés par la défense sont Napoléon Brisebois. Joseph Turcot. John Gagnon, Éloi Sarrazin. Cyprien Pilorte. Louis Dessureaux, George A. Dugal. Arthur Murray, Oswald Matte, Gilbert Prézeau, Camille Gauthier, Antoine Parisien, Ferdinand Desjardins, Onésime Pilotte, Adélard Giroux, Alexandre Bernier, Laurent Mongeon, Abraham Leroux, Thomas Lacroix, Frank Modéry, Wilfrid Chateauvert, Eugène Bergeron, Jean-Baptiste Clément, Adélard Hamelin, Yvon Lamontagne, George Robinson Croteau, Louis Landry, Colbert Bastien et David Roy. Les témoins anglophones convoqués par la couronne sont Horace J. Kearney, le shérif C. M. Wright, Raoul Philibert, les docteurs John McComb et L W. Wallace, R. W. Farley, Albert MacLaren, John E. Vallillee, John C. Cummings, Charles W. Pearson, Chisholm Pearson, Frank Kiernan, Samuel Smallwood, Roy L. Engram, Albert hiotte, Albert Kennedy, Milo L. Stearns, Benjamin Kelly, Charles E. Parker, Samuel Gillies, Thomas Wells, Aurora Beaudry, Ella Smith, Fred S. Smith, William J. Cameron, Robert Murphy, Jessie Devany, Walter Mclaurin, James Laforce, Madame Moïse Ménard, Eusèbe Rochon, Daniel Loudon, William Butler, John Lowe, James McCormack, John Devany, Rudolph Kuschick et R. E. Birtch.

Pages 224-225
LA LISTE NOIRE

J'ai respecté le plus possible la graphie originale des noms, telle qu'elle apparaît sur les documents. Parfois, il m'est apparu essentiel d'ajouter entre parenthèses ou entre crochets des éléments explicatifs afin d'en faciliter la compréhension.
.....
Landry, Frs
Landry Louis
Landry Onésime
 

 

 

 

 

 

 

 

Marcel Walter Landry - Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez moi un courriel.

Dernière modification : mardi 13 juillet 2010